Ce n'est pas une blague: Gilbert Rozon poursuit Juste pour rire

Publié le 11/01/2019 à 14:39

Ce n'est pas une blague: Gilbert Rozon poursuit Juste pour rire

Publié le 11/01/2019 à 14:39

Par La Presse Canadienne
Gilbert Rozon

(Photo: Jérome Lavallée)

Gilbert Rozon interpelle à nouveau les tribunaux: cette fois-ci pour demander à un juge de trancher des points litigieux du contrat de vente de ses actions de Gestion Juste pour rire, pour ultimement ne pas avoir à indemniser l’acheteur pour la perte alléguée de la valeur de l’entreprise, qui aurait été causée par ses démêlés judiciaires.


M. Rozon, le fondateur du Festival Juste pour rire, a vendu les actions de son entreprise dans la foulée des allégations d’agressions sexuelles révélées à son sujet l’an dernier.


Mais l’acheteur lui a rapidement envoyé des demandes d’indemnisation pour un total de 4,2 millions $, pour la perte de subventions gouvernementales, pour la perte de la commandite des Producteurs de lait du Québec et en raison du départ de l’humoriste Rachid Badouri, qui a annulé son contrat de production.


M. Rozon concède la perte de subventions, mais conteste les deux autres demandes d’indemnisation, ce qui laisse un total réclamé de 3,3 millions $.


L’acheteur avait l’obligation par le contrat de fournir de l’information pour justifier ces deux réclamations, mais ne l’a pas fournie de façon satisfaisante, est-il allégué dans la procédure judiciaire déposée à la Cour.


Pour cette raison, M. Rozon demande à un juge de déclarer que l’acheteur n’a pas rempli ses obligations contractuelles, de telle sorte qu’il n’a pas droit aux indemnisations réclamées.


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

La demande d'injonction de Québecor contre Juste pour rire est refusée

La Cour supérieure a refusé lundi la demande de Québecor dans le cadre du litige sur la vente du Groupe Juste pour rire.

10 choses à savoir vendredi

20/10/2017 | Alain McKenna

Votre employeur protège «son» Gilbert Rozon, aidez cette agence secrète canadienne, manger un burger avec l'emballage?

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.