Le Groupe Dumoulin veut accueillir de nouveaux actionnaires

Publié le 03/03/2011 à 18:52, mis à jour le 03/03/2011 à 18:51

Le Groupe Dumoulin veut accueillir de nouveaux actionnaires

Publié le 03/03/2011 à 18:52, mis à jour le 03/03/2011 à 18:51

Par La Presse Canadienne

[Photo : Bloomberg]

Le détaillant de produits électroniques Dumoulin, en restructuration judiciaire depuis la semaine dernière, est à la recherche d'investisseurs pouvant injecter entre 1 et 10 millions $ dans son capital-actions.

"On est en train de danser avec des gens. Il fallait qu'on se rende au bal des finissants, puis qu'on se mette belle pour trouver des gens avec qui danser. Là, on s'est fait inviter à danser", a déclaré le vice-président aux ressources humaines du groupe, François Lemieux, au cours d'un entretien téléphonique avec La Presse Canadienne, jeudi.

Dans un avis publié mardi, le contrôleur de Dumoulin, le cabinet comptable Raymond Chabot, invite les personnes intéressées à se manifester avant jeudi prochain.

M. Lemieux a expliqué que la famille Dumoulin songeait à ouvrir la porte à de nouveaux actionnaires depuis quelque temps déjà. L'entreprise est actuellement la propriété de Jacques Dumoulin, de ses deux frères, de son beau-frère et d'un ancien président, Marc Mercier.

"Dans les 10 dernières années, on est passés d'une boutique de quartier à un joueur principal dans le marché de l'électronique au Canada, a relevé le vice-président Lemieux. Donc, si on veut avoir les moyens de nos ambitions, plus tôt que tard il fallait qu'on se trouve peut-être des partenaires pour nous épauler. La situation a fait en sorte qu'on a été obligés d'en arriver là plus vite. Mais c'est quelque chose qu'on évaluait déjà."

Des investisseurs ont déjà frappé à la porte, mais François Lemieux refuse de les identifier. "Les joueurs qui se sont manifestés, ce ne sont pas des surprises, a-t-il indiqué. Ce sont des gens avec qui on a déjà eu des pourparlers dans le passé au sujet d'une association ou d'un partenariat potentiel."

Fusion?

L'entreprise ne rejette pas du revers de la main la possibilité d'une fusion avec un autre détaillant, mais pas avec n'importe lequel.

"L'identité du Groupe Dumoulin, associée à ses valeurs fondamentales et à ce que ça représente sur le marché québécois, est essentielle à son succès", a affirmé M. Lemieux.

Si les circonstances l'imposaient, la famille pourrait céder le contrôle de l'entreprise fondée en 1946 par Eugène Dumoulin. "Tout dépend du genre d'arrangement qu'on aura avec nos créanciers", a noté le vice-président.

Dumoulin s'est placée à l'abri de ses créanciers la semaine dernière, en raison principalement des difficultés qu'a connues sa filiale de distribution de téléviseurs adaptés aux chaînes hôtelières, aux États-Unis. La compagnie doit 36 millions $ à ses divers créanciers.

"Notre problème n'a jamais été un problème de solvabilité à long terme, a soutenu François Lemieux. C'est un problème de liquidités et de flux de trésorerie. Il faut donc en arriver à une entente avec nos créanciers en premier lieu."

Même si son chiffre d'affaires est passé de 160 millions $ en 2009 à 139 millions $ en 2010, Dumoulin demeure rentable, selon M. Lemieux.

Le détaillant a fermé la semaine dernière six de ses magasins, de sorte qu'il lui en reste 15. Dans la foulée, une cinquantaine des quelque 356 employés de l'entreprise ont été licenciés.

Outre les magasins qu'il possède directement, le groupe exploite un réseau de 89 magasins franchisés, dont une cinquantaine se trouvent à l'extérieur du Québec. Ces franchisés ne sont pas touchés pour l'instant par la restructuration judiciaire du groupe.

PLUS :

Dumoulin : «Nous voulons recentrer nos énergies sur le commerce de détail.»


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

Decathlon s'amène à Boisbriand; la concurrence s'intensifie

10/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après Brossard, la multinationale française s'apprête à attaquer le marché de la rive-nord de Montréal.

Michael Kors débarque au centre-ville de Montréal

08/04/2019 | Martin Jolicoeur

Après avoir quitté Ogilvy, Michael Kors prépare l'ouverture de sa première boutique phare sur la rue Sainte-Catherine.

À la une

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

13:24 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.

Guerre commerciale: FedEx poursuit le gouvernement américain

FedEx a déposé lundi une poursuite judiciaire contre le gouvernement américain.

Victime d'une fraude? Faites comme Desjardins!

«Je dois souligner le professionnalisme et le sérieux de la réponse de la part du président M. Cormier».