Le Fonds de solidarité investit 10M$ dans Juste pour rire

Publié le 02/02/2009 à 00:00

Le Fonds de solidarité investit 10M$ dans Juste pour rire

Publié le 02/02/2009 à 00:00

Par Denis Lalonde
«Le Québec demeure notre nid, nous y avons notre siège social et nos admirateurs de la première heure. Mais nos percées à l'étranger, notamment en France et au Royaume-Uni, nous encouragent à exporter davantage notre savoir-faire et à enrichir la marque Juste pour rire d'une dimension internationale», a déclaré le fondateur et chef de la direction de Juste pour rire, Gilbert Rozon, dans un communiqué.

«Soutenir efficacement une marque de commerce nécessite un réel investissement qui, dans un contexte expansionniste, est essentiel. Notre investissement intervient à un moment stratégique dans le développement de Gestion Juste pour rire et contribuera à promouvoir la créativité québécoise partout sur la planète», a affirmé le premier vice-président aux investissements du Fonds de solidarité FTQ, Gaétan Morin.

À court terme, Gestion Juste pour rire dit vouloir explorer les États-Unis, le Moyen-Orient, l'Asie et l'Australie pour y produire des spectacles d'humour à grand déploiement et y chercher de nouveaux talents. La société compte également implanter prochainement son Festival Juste pour rire à Chicago, comme elle l'a fait à Nantes (France) et à Toronto au cours des deux dernières années.

Gestion Juste pour rire compte 200 employés permanents et possède des bureaux à Paris, Londres et Los Angeles.

À la une

Les vendredis au bureau sont-ils morts?

Il y a 35 minutes | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'aimerais télétravailler les vendredis. Mais j'ai peur que les patrons prennent ça pour un caprice.»

Bourse: l'immobilier résidentiel américain reste attrayant

Il y a 35 minutes | Denis Lalonde

BALADO. L'immobilier résidentiel américain recèle un bon potentiel de croissance à long terme, dit François Rochon.

Immobilier: la correction historique aura-t-elle lieu?

17/08/2022 | Jean Sasseville

BLOGUE INVITÉ. En tant que courtier immobilier, j’observe de la surenchère, mais le nombre de cas est en diminution.