Limiter les attentes aux feux rouges

Publié le 18/03/2010 à 14:30

Limiter les attentes aux feux rouges

Publié le 18/03/2010 à 14:30

Par Pierre Théroux

Marc Trembaly, pdg de LeddarTech. Photo: Martin Martel.

Il est tard le soir. Vous attendez que le feu de circulation passe au vert... même s’il n’y a aucune voiture en vue. Chaque année, des dizaines de millions de dollars et de litres d’essence sont ainsi gaspillés par les automobilistes qui attendent inutilement aux feux de circulation.

LeddarTech, une jeune entreprise de Québec, affirme être capable d’offrir une meilleure synchronisation des feux. Cette nouvelle technologie « permet non seulement d’améliorer la fluidité routière, mais aussi le bilan environnemental », dit son pdg, Marc Tremblay.

Le système de LeddarTech détecte automatiquement les véhicules qui arrivent sur les lignes d’arrêt, et peut ainsi contrôler plus efficacement les séquences des feux de circulation.

Le module, intégré dans ce qui ressemble à une caméra, est installé à même les systèmes d’éclairage. L’entreprise vise à supplanter les systèmes actuels de boucles à induction, ces fils magnétiques enfouis sous la chaussée pour détecter le passage des véhicules.

« Notre technologie se démarque de celle de la concurrence qui est souvent trop coûteuse ou sous-performante », affirme Marc Tremblay. Il souligne d’ailleurs que plusieurs municipalités n’utilisent pas de systèmes de détection justement en raison des frais occasionnés.

Le système de LeddarTech offrirait deux avantages importants par rapport au système de boucles à induction :

- Une durée de vie deux fois plus longue, soit dix ans, entre autres grâce à sa grande résistance aux conditions climatiques ;

- Des coûts d’installation et d’entretien deux fois moins élevés puisque sa mise en place n’exige pas de creuser ou de repaver.

Essaimage de l’INO

La technologie de LeddarTech a été développée par l’Institut national d’optique (INO), l’important centre de recherche en optique et photonique situé dans le Parc technologique du Québec métropolitain.

Marc Tremblay y travaillait comme conseiller en technologie lorsqu’il a repéré cette technologie prometteuse brevetée par l’INO.

Il s’agit d’un retour aux sources pour Marc Tremblay qui, en 1996, avait lancé une entreprise de haute technologie spécialisée en vision robotique. « Je ne cherchais pas nécessairement à redevenir entrepreneur, mais l’occasion était belle de reprendre le collier », dit Marc Tremblay.

En 2007, il a fondé LeddarTech avec ses partenaires Yvan Mimeault et Dave Gilbert.

Selon lui, les trois partenaires ont des expériences complémentaires en génie, en développement des affaires et en financement d’entreprise.

Radar, lidar et... leddar

Le développement de la technologie Leddar (acronyme de Light Emitting Diode Detection and Ranging) s’inscrit dans la foulée de dispositifs de détection comme le radar (Radio Detection And Ranging) et le lidar (Light Detection And Ranging).

Alors que le radar fait appel aux ondes radioélectriques à hautes fréquences, le lidar est son pendant optique qui utilise un laser pour émettre une onde lumineuse. Comme son nom l’indique, la technologie Leddar permet la détection et le repérage d’objets à partir des systèmes d’éclairage DEL (diodes électroluminescentes).

Cette intégration serait un atout par rapport à d’autres dispositifs de détection d’appoint. « La technologie Leddar permet de recueillir la totalité du rayonnement lumineux présent dans le champ de visée, ce qui multiplie ses avantages », dit Marc Tremblay.

Financement de 6,5 M$

L’avenir de LeddarTech est prometteur. L’entreprise vient d’obtenir 6,5 millions de dollars en capital de risque. Les principaux investisseurs sont BDC Capital de risque, Fonds Go Capital, Accès Capital Québec et Innovatech Québec et Chaudière-Appalaches.

LeddarTech a par ailleurs réussi à séduire la société d’investissement française I-Source, qui s’intéresse aux entreprises à fort potentiel de croissance du secteur des technologies de l’information et des communications (TIC).

La rapidité de LeddarTech à passer du stade « technologie » au stade « produit » a convaincu la firme française du sérieux des partenaires. D’autant plus que LeddarTech profitera de « l’expansion prévisible de l’utilisation des éclairages à base de LED et des progrès technologiques enregistrés dans ce domaine », a souligné Didier Moret, directeur général d’I-Source, lors de l’annonce de sa participation financière en février dernier.

Marc Tremblay se réjouit de compter sur un investisseur français, vu le « fort potentiel que revêt notre technologie dans les marchés européens du transport et de l’automobile ».

Ce financement permettra à LeddarTech de poursuivre sa croissance et d’amorcer la commercialisation de ses produits dans le monde.

Outre les systèmes de détection de véhicules aux feux de circulation, l’entreprise développe actuellement une série de nouveaux produits destinés à faciliter la conduite automobile et à la sécuriser.

LeddarTech prévoit la création d’une quarantaine d’emplois hautement qualifiés d’ici les trois prochaines années, ce qui portera l’effectif à 50 employés.

À suivre dans cette section

Trois jeunes ingénieurs aux commandes
Mis à jour le 04/07/2013

image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

Sur le même sujet

Pénurie de main d'oeuvre: Legault doit présenter des excuses, selon le PLQ

Les restaurateurs, petits commerçants et entreprises en tourisme ont besoin de son aide.

Certifié Québec

Édition du 15 Juin 2019 | Diane Bérard

Alors que le Canada ouvre de nouvelles voies à ses exportateurs en multipliant les ententes de libre-échange, on voit ...

À la une

Importante brèche de sécurité chez Desjardins

Mis à jour il y a 47 minutes | Denis Lalonde

Les renseignements personnels de 2,9 millions de membres ont été communiqués à des personnes extérieures à Desjardins.

Slack entre en Bourse jeudi, à 38,50$US

Mis à jour à 12:12 | AFP

La valorisation de Slack a bondi en quelques mois, passant de 7 à 17 milliards de dollars US depuis 2018.

Les enseignements de «mes» hommes d'honneur

BLOGUE INVITÉ. Voici quatre enseignements qui ont su inspirer mon parcours entrepreneurial.