Quand la recherche représente un potentiel de croissance économique inégalé

Publié le 20/12/2019 à 00:01

Saviez-vous que la recherche clinique représente un aspect clé de l’économie? Grâce aux investissements personnels et corporatifs dans nos institutions, notre société continue d’évoluer et de vivre en santé.

Un bon exemple est l’étude clinique COLCOT (COLchicine Cardiovascular Outcomes Trial). En novembre dernier, le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’Institut de Cardiologie de Montréal, dévoilait les résultats de cette étude révolutionnaire qui changera la vie de millions de personnes. COLCOT s’est intéressée à la prévention d’évènements cardiovasculaires ischémiques chez les patients ayant récemment subi une crise cardiaque. Elle a comparé la colchicine, un médicament anti-inflammatoire peu coûteux bien connu administré par voie orale, à un placebo, en complément au traitement standard. Les résultats sont probants, et démontrent que la colchicine réduit significativement le risque d’un premier évènement cardiovasculaire ischémique. Le potentiel extraordinaire de la colchicine comme traitement efficace pour réduire l’inflammation suivant une crise cardiaque est confirmé. Ce médicament permettra sous peu de réduire le nombre d’hospitalisations et d’améliorer la qualité de vie des patients, et sera accessible à un grand nombre d’individus.

Grâce aux contributions des donateurs de la Fondation de l’Institut de Cardiologie de Montréal, nous avons ici, entre les mains, un médicament ayant le pouvoir de changer la cardiologie. Rappelons-le, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité au monde.

Des investissements en santé qui rapportent

L’étude COLCOT, dont on parle désormais abondamment aux quatre coins du globe, repose bien entendu sur les donateurs et les équipes de recherche de l’Institut, mais également sur le Centre de Coordination des Essais Cliniques de Montréal (MHICC), un organisme de recherche clinique de premier plan qui fait partie intégrante de l’Institut. Ce qui permet à ce centre de se démarquer, outre son expertise clinique dans la médecine de précision, c’est son accès à un réseau de collaborateurs étendu dans plus de 2000 établissements cliniques dans plus de 30 pays. Ce réseau permet de mener des essais cliniques de haute qualité à faible coût, et de développer de nouvelles vocations pour des médicaments existants. Ces approches innovantes nous permettent de développer et de rechercher de nouvelles thérapies, et de mieux cibler les traitements sur des populations spécifiques de patients, de manière plus personnalisée et plus rentable. Rappelons qu’environ 75% du coût de développement des médicaments est consacré à la recherche clinique.

La recherche requiert du personnel hautement qualifié de différentes disciplines, dont la science, la médecine, la biostatistique, la gestion des données, et la gestion de projet. Des investissements importants et continus sont donc incontournables. Avec les nombreux défis en santé, et les possibilités extraordinaires liées à nos découvertes, les universités et autres organismes de recherche clinique dépendent plus que jamais de financement par les entreprises, les agences de subvention, et les fondations.

Ensemble, nous pouvons faire de grandes choses. Continuons d’avancer en offrant aux chercheurs les moyens d’atteindre les plus hauts standards, et d’exceller en recherche. Il en va de notre santé à tous.

Pour soutenir les projets porteurs de l’Institut de Cardiologie de Montréal, rendez-vous au unDONpourleCOEUR.org.

À la une

Prévoir la relance du Québec inc. au lendemain de la COVID-19

Un groupe de ministres mené par Eric Girard se penche sur les conséquences économiques de la COVID-19.

La COVID-19 semble déjà avoir un impact sur les habitudes d'achat en ligne

Vingt-huit pour cent des répondants ont affirmé avoir effectué davantage d’achats en ligne depuis le début de la crise.

Guide de survie de l'extraverti en confinement

11:14 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. Voici cinq suggestions pratiques pour nos compagnons extravertis qui n'en peuvent plus de la quarantaine.