Travailler au nord du 55e parallèle

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Travailler au nord du 55e parallèle

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Simon Rouleau.

Simon Rouleau, 31 ans, a eu le coup de foudre pour la mine Raglan, la plus importante mine de nickel du Québec, qui fêtera ses 20 ans d'exploitation en 2017. Il y travaille depuis la fin de ses études, en 2008. Le froid et le fly-in fly-out n'entament pas sa passion pour le génie minier.


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


 Il vit deux semaines dans le Grand Nord québécois, au Nunavik, au-delà du 55e parallèle où il fait un froid glacial la majeure partie de l'année (la mine est située dans la péninsule de l'Ungava). Loin de sa femme et de sa petite fille âgée d'un an. Quand il est sur place, il travaille deux semaines pleines, de 7 h à 19 h, sans week-end. Pourtant, il adore ça ! Il aime «être sous terre, l'odeur de la mine, l'ambiance particulière», explique Simon Rouleau, qui a fait un stage comme mineur sous terre dans une mine en Abitibi pendant ses études.


Aujourd'hui, il est ingénieur de planification et par conséquent moins sur le terrain que lorsqu'il était ingénieur de production. Son rôle : planifier les activités d'une des quatre mines souterraines de l'entreprise. «Mon travail consiste à décider du chantier à miner et du moment pour le faire. Je dois veiller à ce que mes prévisions soient coordonnées avec les travaux qui doivent se dérouler dans les autres mines», explique Simon Rouleau.


Auparavant, il a occupé un poste de contremaître pendant un an, comme ça se fait dans de nombreuses mines, afin de connaître et de comprendre la réalité du terrain. «Comme ingénieur, on pourrait faire des choses qui ne sont pas bien adaptées. Par exemple, j'ai vu que, dans certains cas, l'angle des galeries pose problème aux mineurs pour faire leur travail. Je prends donc ça en compte dans mes plans, maintenant», explique le jeune homme, qui a aussi appris, à cette occasion, à gérer du personnel.


Nombreux défis


Dans la planification, il faut prendre en compte les nombreux défis techniques à la mine, «les projets en surface ne pouvant se faire que l'été, car il neige de septembre à juin». De plus, les mines, souterraines, sont creusées dans le pergélisol, un sol gelé en permanence. «À chaque nouvelle idée, on doit vérifier ce qui est faisable dans notre contexte. Ça fonctionne beaucoup selon le concept essai-erreur, et on demande souvent conseil aux vieux loups, les ingénieurs qui sont là depuis très longtemps», dit Simon Rouleau, diplômé de l'Université Laval.


Autre défi, logistique celui-là : «De la mi-mars à la mi-juin, pendant la période de mise bas des phoques, aucun bateau n'a le droit de circuler. Ainsi, le minerai ne peut pas quitter la mine et aucun équipement ne peut être apporté par bateau. Il faut donc non seulement prévoir la production de façon à ne pas dépasser nos capacités de stockage, mais aussi bien prévoir les commandes de matériel», dit le M. Rouleau.


Toutes les deux semaines, il rentre chez lui, à Lévis. Il est heureux de retrouver sa famille, mais ce n'est pas facile de se débrancher du travail. «Avant, je regardais mes courriels professionnels tous les jours pendant mon repos, parce que je trouvais ça plus facile, en retournant travailler, de ne pas avoir totalement décroché. Depuis que ma fille est née, j'essaie de moins le faire...»


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

L’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

À la une

Le dangereux déclin des classes moyennes

19/04/2019 | François Normand

ANALYSE - Depuis 40 ans, la classe moyenne a reculé dans les 36 pays de l'OCDE. Voici les causes et les solutions.

Le parti communiste perdra-t-il le monopole du pouvoir en Chine?

19/04/2019 | François Normand

BALADO - Quatre scénarios sont possibles pour l'avenir de la Chine, selon un récent livre. Lequel est le plus probable?

Déjà-vu: Metro a tout pour plaire, sauf son évaluation

BLOGUE. Metro performe bien, mais son évaluation est plus élevée qu'avant place la barre encore plus haute.