Optel met l'automatisation au service de la traçabilité

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Optel met l'automatisation au service de la traçabilité

Offert par Les Affaires


Édition du 29 Octobre 2016

Louis Roy, président-fondateur du Groupe Optel.

Le Groupe Optel poursuit sa croissance en créant une nouvelle division, Optel Medevon. Tandis qu'Optel Vision, l'unité d'affaires originale du Groupe créé en 1989, est un chef de file mondial dans les systèmes automatisés d'inspection et de traçabilité dans le domaine pharmaceutique, Optel Medevon appliquera ces solutions aux équipements médicaux.


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


 L'entreprise fondée à Québec par Louis Roy, un ingénieur formé à l'Université Laval, compte aujourd'hui 625 employés dans le monde, dont 450 dans la province. L'effectif est en grande partie constitué d'ingénieurs de diverses spécialités (ingénieurs logiciels, mécaniciens, électriciens, etc.).


«On intègre toutes les technologies dans des systèmes très complexes, car il faut connecter les chaînes de production et nos produits. Pour assurer la traçabilité, on capture des informations sur la chaîne de production par divers outils, dont des caméras, et toutes ces données sont centralisées dans un serveur qui les analyse et en tire des diagnostics et des recommandations», explique Louis Roy, qui a étudié en génie électrique et est titulaire d'une maîtrise en physique optique de l'Université Laval.


Certaines machines conçues par la firme permettent également d'intervenir pour retirer un produit qui ne satisferait pas les exigences de qualité.


Optel a notamment conçu le LabelTracker, un poste automatisé qui assure la vérification et l'activation des numéros de série. Autre réalisation : le BundleTracker qui effectue la vérification du nombre et de l'état des produits dans les ballots avant expédition, dresse une liste des produits dans chaque ballot et éjecte les ballots qui ne sont pas adéquats.


Les mégadonnées, prochaine révolution


L'entreprise s'est toujours souciée d'évoluer en fonction des besoins du marché, souligne M. Roy. «On a toujours été intégrateurs de technologies, mais les clients nous ont amenés plus loin. On fait maintenant de la conception mécanique et électrique des machines», précise-t-il.


Par ailleurs, les innovations technologiques imposent au Groupe une cadence soutenue pour utiliser tout ce que la technologie peut offrir pour améliorer ses produits. «La prochaine révolution pour nous, ce sera le big data [mégadonnées]. On n'utilise pas encore toutes les informations qu'on recueille. On travaille pour trouver des moyens d'en analyser encore plus», poursuit le président.


Les défis du Groupe Optel sont constants, tant sur le plan de la sécurisation des données que sur celui des changements de réglementation, auxquels il doit s'adapter rapidement.


L'entreprise d'envergure mondiale se doit de rester agile. «L'architecture ouverte de la société permet de réagir rapidement aux changements potentiels des lois d'un pays. De nouvelles fonctionnalités ou de nouveaux types d'équipements peuvent être intégrés rapidement et facilement», assure Louis Roy.


S'imposer comme une entreprise socio-responsable


Avec le temps, le Groupe a joué la carte de l'intégration de ses services afin de couvrir l'ensemble des besoins de ses clients. Il s'occupe donc d'un projet de la conception à l'installation.


Optel a des bureaux à Québec, en Irlande, en Inde et au Brésil. «Comme nous travaillons dans un domaine technologique complexe et en évolution constante, nous devons être proches de nos clients pour suivre leurs besoins», précise Louis Roy.


Ce dernier continue de regarder vers l'avenir. Il a créé le Groupe Optel alors qu'il était étudiant à la maîtrise. Aujourd'hui, il continue de poser son oeil de visionnaire sur le développement de son entreprise.


En parallèle, il a à coeur d'en faire une société socio-responsable, par exemple en soutenant des organismes qui viennent en aide aux jeunes. Un aspect entreprise citoyenne que le Groupe aimerait voir récompensé par la certification B-Corp, délivrée par un organisme à but non lucratif américain qui évalue l'impact social et environnemental des candidats.


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


 

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le patron de SNC craint de voir des employés quitter pour des concurrents

L’entreprise québécoise est toujours au cœur d’une tempête politique qui continue d’ébranler le gouvernement Trudeau.

SNC-Lavalin coupe une centaine de postes un peu partout au Canada

13/12/2018 | Julien Arsenault, PC

Ces éliminations ne représentent toutefois qu’une faible proportion de l’effectif de SNC-Lavalin au Canada.

À la une

Immobilier: les ventes résidentielles ont fléchi en mars

22/04/2019 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires. Le marché de l’unifamiliale a légèrement ralenti dans la province en mars dernier au Québec.

L'expérience de vente d'une maison sans agent

BLOGUE INVITÉ. Mes expériences passées m'avaient incité à ne plus vouloir leur verser de commissions. Le bonheur!

Samsung repousse le lancement de son smartphone Galaxy Fold

Mis à jour le 22/04/2019 | AFP

Des utilisateurs « nous ont fait part du fait que l’appareil avait besoin d’améliorations», explique la compagnie.