Déménager ou se lancer en affaires pour relancer sa carrière

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Déménager ou se lancer en affaires pour relancer sa carrière

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Beaudoin Bergeron, pdg de RHR Expert et président de HBGC Ingénieurs.

De l'embauche malgré tout


Cette main-d'oeuvre soudainement abondante représente une aubaine pour certaines entreprises. Cima+, qui a retranché 600 postes au Québec ces dernières années, accentue son développement à l'extérieur de la province. Elle n'a pas de mal à recruter pour accompagner sa croissance. «En raison des coupes, il y a beaucoup de main-d'oeuvre disponible», souligne François Plourde, président et chef de la direction de la firme.


La mine de diamant de Stornoway, qui fait partie des minières ayant résisté à la mauvaise passe, compte parmi ses employés des ingénieurs qui étaient auparavant chez Cima+ et SNC-Lavalin. Les nombreuses petites firmes qui ont vu le jour ces dernières années - comme Induktion Groupe conseil, de Montréal, Quadrivium, de Gatineau, et HBGC Ingénieurs, de Montréal - n'ont eu que l'embarras du choix pour recruter leur personnel.


Plusieurs ingénieurs, sentant le marché prêt à les accueillir, se sont par ailleurs lancés dans l'aventure de l'entrepreneuriat, seuls ou avec des associés. «Après un mouvement de consolidation du marché depuis six ou sept ans, la création de petites firmes connaît une recrudescence depuis 2012», constate Beaudoin Bergeron, pdg de RHR Expert, un cabinet de recrutement spécialisé dans le génie, et président de HBGC Ingénieurs.


Si les petites firmes ont absorbé une partie des ingénieurs disponibles, les municipalités et les gouvernements en ont embauché une autre partie. Après l'éclatement des scandales de corruption dans les firmes de génie, les pouvoirs publics ont reconnu qu'ils avaient trop imparti leurs projets d'ingénierie et le contrôle des chantiers. «Il y a un renforcement de l'expertise en génie en interne au Ministère depuis 2012 qui s'est concrétisé par une hausse des embauches : nous comptions 578 ingénieurs en interne en 2011-2012, par rapport à 840 en 2014-2015», indique Martin Girard, porte-parole du ministère du Transport du Québec.


Des stages plus rares


Même si aucun chiffre officiel ne l'atteste, il semble que la plupart des 6000 ingénieurs licenciés au Québec a réussi à retrouver un emploi. Le nombre de membres de l'OIQ se déclarant au chômage lors du renouvellement annuel de leur adhésion est en effet resté stable en 2014 (3%). Statistique Canada situait pour sa part le taux de chômage des ingénieurs au Québec à 7,7 % l'année dernière, proche de la moyenne des 8 % enregistrée bon an mal an depuis 2005.


Le ralentissement de l'activité se fait sentir également chez les étudiants en génie. «Les jeunes ont de la difficulté à trouver des stages et un premier emploi, car les projets ont ralenti et les firmes se concentrent sur la recherche de personnes ayant de l'expérience», affirme Beaudoin Bergeron.


Maxime Gagné, 24 ans, ancien étudiant de l'École de technologie supérieure (ÉTS), confie avoir craint de ne pas trouver de stage en raison de la crise. «D'habitude, des firmes comme SNC-Lavalin ou Pomerleau pouvaient afficher cinq ou six offres de stage, alors que maintenant, c'est plus souvent une ou deux. Et parfois, certaines offres sont annulées», dit-il.


«Pour trouver mon dernier stage, j'ai dû chercher intensément pendant deux mois et envoyer une vingtaine de CV, à la suite de quoi je n'ai eu qu'une ou deux entrevues», témoigne le jeune homme qui travaille aujourd'hui chez HBCG Ingénieurs.


«On assiste à une baisse de l'offre de stages dans le génie de la construction depuis trois ans», confirme Pierre Rivet, directeur du Service des relations avec l'industrie à l'ÉTS. Dans le génie-conseil, les offres de stages proviennent désormais davantage des petites firmes que des grands donneurs d'ordres habituels, note-t-il, ainsi que des entrepreneurs généraux et des entreprises manufacturières.


Les perspectives d'emploi en génie sont toutefois bonnes, selon une récente enquête d'Ingénieurs Canada sur le marché du travail dans le génie, qui prévoit une diminution du taux de chômage au pays à 6 % à l'horizon 2020, notamment grâce aux nombreux départs à la retraite prévus dans certaines provinces canadiennes.


Pour le génie civil, le nombre récent de diplômés dépasse le nombre d'emplois potentiels au Québec et en Ontario. Toutefois, leur nombre est inférieur aux besoins du marché en Colombie-Britannique, en Alberta et au Manitoba. La mobilité et le bilinguisme devraient donc être encore des atouts forts pour travailler en génie.


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Fiscalité d'entreprise: la grande distorsion

EXPERT INVITÉ. Certaines dispositions font en sorte que des entrepreneurs peuvent être surimposés.

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

OPINION Le secret du succès
Édition du 18 Mai 2019 | Olivier Schmouker
À la une: les métiers de demain (matin!)
Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires
À la une: à la conquête du règne végétal
Édition du 04 Mai 2019 | Les Affaires

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.