Ingénieure de combat dans l’armée canadienne

Publié le 22/10/2015 à 00:01

Ingénieure de combat dans l’armée canadienne

Publié le 22/10/2015 à 00:01

La colonelle Jennie Carignan, 47 ans, est ingénieure de combat dans les Forces armées canadiennes depuis 25 ans. Cette fonceuse, titulaire d’un MBA en gestion des entreprises de l’Université Laval, n’a cessé de progresser au cours de sa carrière, tout en restant passionnée par les missions sur le terrain.


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


En ce moment, ses bottes militaires sont rangées temporairement au placard : elle est à Toronto, où elle a repris des études cet été pour un an. Son objectif : obtenir un poste supérieur au Quartier général de la Défense nationale ou dans les opérations, comme chef d’état-major ou de commandante.


Depuis que Jennie Carignan est devenue, en 1990, ingénieure en génie des combustibles et des matériaux après des études au Collège militaire royal du Canada à Kingston, elle multiplie les missions et les responsabilités : instructrice au Collège de commandement et d’état-major de la Force terrestre canadienne à Kingston, commandante du Régiment de génie de la Force opérationnelle Kandahar en Afghanistan. En 2011, devenue colonelle, elle a été chef d’état-major du Secteur du centre de la Force Terrestre/Force opérationnelle interarmées. Son dernier poste : commandante du Collège militaire royal de Saint-Jean, de 2013 à l’été 2015. La mère de quatre enfants, âgés de 8 à 20 ans, est prête à prendre de nouvelles responsabilités.


Près du front


Le terrain, elle connaît. Comme ingénieure de combat en Afghanistan, elle est allée sur le plateau du Golan, en Bosnie et en Syrie avec l’OTAN (Organisation du traité d’Atlantique Nord) et les Nations unies. On la voit sur les photos en uniforme, bardée d’équipement, parfois une arme en bandoulière. Sur le terrain, ces ingénieurs ne sont jamais loin du front.


« [Les ingénieurs de combat] bâtissent des routes, reconstruisent des ponts détruits, fabriquent des obstacles pour maîtriser les mouvements. Ce sont aussi des experts en explosifs, des démineurs. » Leur fonction comprend de plus un volet humanitaire : « En Afghanistan, j’étais responsable du soutien des troupes, mais aussi de la population afghane, au moyen de divers projets, notamment le développement de la capacité de génie de l’armée afghane », énumère la colonelle. Elle dit avoir particulièrement aimé « travailler directement avec les populations locales pour refaire des routes, installer un système pour irriguer les champs, etc. ».


Soutien aux populations locales


Jennie Carignan a grandi à Asbestos, dans les Cantons-de-l’Est, où son père avait une sucrerie. Elle a passé son enfance sur des quatre roues motrices, ses étés en camping à courir dans la forêt et ses automnes à « faire » du bois. « J’aimais déjà l’aventure », se remémore-t-elle.


Ce goût de l’aventure, elle l’a retrouvé dans les zones de conflit où l’a menée son métier d’ingénieure de combat. « Les événements se produisent vraiment vite. Il faut réagir très rapidement, comme ce jour où un pont qui menait à la base principale, à Kandahar, a sauté et où il a fallu très vite trouver une solution. On a travaillé avec l’armée afghane, et le pont a été remonté en deux jours », se souvient Jennie Carignan. À Kandahar, « j’ai passé beaucoup de temps sur les routes. Quand on partait le matin, on ne savait pas si on allait pouvoir rentrer le soir », confie-t-elle.


Dans son lourd uniforme couleur sable, elle a côtoyé la peur dans plusieurs zones de guerre de la planète. Depuis, elle a retrouvé la douceur de vivre au Canada et occupera dans un an un poste stratégique. Mais elle ne renonce pas aux missions opérationnelles. « Je suis toujours passionnée par le terrain. »


Cliquez ici pour consulter le dossier Profession : ingénieur


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Fiscalité d'entreprise: la grande distorsion

EXPERT INVITÉ. Certaines dispositions font en sorte que des entrepreneurs peuvent être surimposés.

À la une: spécial 500, la recherche et développement au service de la croissance

Édition du 18 Mai 2019 | Les Affaires

Cette semaine, notre classement des 500 est accompagné d’un dossier sur un des moteurs des entreprises: la R-D.

OPINION Le secret du succès
Édition du 18 Mai 2019 | Olivier Schmouker
À la une: les métiers de demain (matin!)
Édition du 11 Mai 2019 | Les Affaires
À la une: à la conquête du règne végétal
Édition du 04 Mai 2019 | Les Affaires

À la une

Will.i.am investi dans la montréalaise Stradigi AI

Il y a 50 minutes | Martin Jolicoeur

«Nous voulons devenir un acteur majeur de l’industrie mondiale de l’IA», affirme son président.

Bourse: Wall Street, rattrapée par les tensions, baisse

REVUE DES MARCHÉS. Elles se cristallisent actuellement autour du géant chinois des télécoms Huawei.

Le baril de brut new-yorkais perd 5,7% au terme de sa pire séance de l'année

15:55 | AFP

Plusieurs statistiques publiées jeudi ont laissé craindre un ralentissement de l’économie mondiale.