Sylvie Chagnon : réussir le saut du privé au public

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Sylvie Chagnon : réussir le saut du privé au public

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Sylvie Chagnon, lauréate - Cadre, dirigeante ou professionnelle, organisme public ou parapublic

Le passage de Sylvie Chagnon du privé au public ne s’est pas fait dans la facilité. L’ancienne vice-présidente régionale de la Banque Nationale accède au poste de vice-présidente au crédit et à la gestion des risques d’Investissement Québec en septembre 2008, au plus fort de la crise économique et en pleine campagne électorale québécoise. Elle doit revoir toutes ses façons de faire. « À mon premier comité de crédit, j’avais encore un regard de banque à charte. Je ne voulais autoriser aucun dossier, car c’était beaucoup trop risqué ! » se souvient-elle.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 

Il faut dire qu’en cette période d’incertitude, la tendance était plutôt à la prudence. « À cette époque, les banques resserraient énormément leurs critères de crédit, alors que notre rôle, comme société d’État, était de venir en aide aux entreprises, explique Sylvie Chagnon. Le défi était d’aller à l’encontre du principe de gestion des risques bancaires, sans augmenter le risque ! » En même temps, Sylvie Chagnon a appris à travailler selon une dynamique complètement différente de celle du milieu bancaire : répondre aux sous-ministres, comprendre les objectifs gouvernementaux à atteindre et mettre en place les programmes pour y parvenir.

Il lui a fallu quelques mois pour prendre le défi à bras-le-corps, et au lendemain des élections, elle a proposé le programme Renfort qui vient en aide aux entreprises québécoises performantes. Aujourd’hui, elle se félicite de la réception favorable par le milieu des affaires de ce programme qui a contribué à aider le Québec à se sortir mieux que d’autres de la crise.

Une olympienne de la finance

À observer le parcours de Sylvie Chagnon, on ne peut douter qu’il s’agit d’une femme déterminée. Dès la fin de ses études, elle occupe le poste de directrice des comptes du service aux entreprises de BMO Groupe financier. Elle poursuit dans le financement commercial jusqu’en 1999, alors qu’elle accepte la responsabilité des succursales québécoises de la CIBC. « C’était un risque : habituellement, on migre plutôt des services aux particuliers vers les services commerciaux. Cependant, comme je n’avais jamais travaillé en succursale, cela m’a permis d’élargir mes expériences de travail et d’acquérir une vision d’ensemble du fonctionnement d’une banque », explique-t-elle.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 

À suivre dans cette section


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

Mis à jour le 26/06/2019 | Dominique Beauchamp

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

15/06/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Mais où est passée la peur de la récession?

BLOGUE INVITÉ. Après un rebond des marchés, on entend beaucoup moins parler de récession. Pourtant...

Fin des services au comptoir à la Laurentienne

Mis à jour à 15:32 | La Presse Canadienne

Les négociations avaient été acrimonieuses entre l’institution financière et la partie syndicale.