«Je ne perds jamais. J'ai des succès et des demi-succès» - Isabelle Hudon, chef de la direction, Financière Sun Life Québec, vice-présidente principale, solutions clients, Financière Sun Life Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

«Je ne perds jamais. J'ai des succès et des demi-succès» - Isabelle Hudon, chef de la direction, Financière Sun Life Québec, vice-présidente principale, solutions clients, Financière Sun Life Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Par Diane Bérard








Les lauréates des Prix Femmes d'affaires du Québec tracent leur chemin malgré les obstacles et des préjugés tenaces. Portraits de cadres et d'entrepreneures qui réussissent.


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 


Le 27 octobre, Isabelle Hudon a été promue chef de la direction de la Financière Sun Life Québec et vice-présidente principale, solutions clients de la Financière Sun Life Canada. Le 5 novembre, le Réseau des femmes d'affaires du Québec lui a remis le prix Réalisations. Retour sur le parcours d'une ambitieuse assumée et d'une optimiste qui transforme les échecs en demi-succès !


Les Affaires - Quels sont les trois moments clés de votre carrière ?


Isabelle Hudon - J'ai la jeune vingtaine. Je suis attachée de presse de Monique Landry, ministre de l'ACDI [Agence canadienne de développement international]. Nous allons à Manille rencontrer Corazon Aquino, alors présidente des Philippines. Mme Aquino a tourné le dos aux excès du règne de Ferdinand Marcos. Elle s'est installée dans la résidence des employés. Le palais présidentiel a été transformé en musée. Je revois la scène comme si c'était hier. La démesure du palais et, en face, Smokey Mountain, une montagne de déchets qui se consume continuellement. Mon premier vrai contact avec les inégalités. Second tournant : mon ascension à la présidence de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). Ce jour-là, j'ai compris l'importance d'être ambitieuse et le niveau de détermination et de courage pour obtenir ce que l'on désire. J'ai 34 ans. Ma nomination n'est pas automatique ni naturelle, même si je suis vice-présidente de la CCMM. Le CA hésite, il veut lancer un appel public de candidatures. Je plonge. «Ça fait trois ans que je suis ici. Vous connaissez mes talents et mes capacités. Vous savez que je veux ce poste. Si vous lancez un processus externe, je ne postule pas.» C'était risqué, mais j'étais rendue là. Et j'ai agi dans le respect. Le lendemain, le CA m'a offert le poste. Troisième tournant : le défi lié à la présidence de la Financière Sun Life Québec, un secteur dont j'ignorais tout.


L.A. - En prenant la direction de la Financière Sun Life Québec, vous vous êtes rendu compte que vous étiez en déficit de crédibilité...


I.H. - Il m'a suffi de regarder les yeux étonnés des employés au moment de l'annonce de ma nomination - et les commentaires des concurrents - pour comprendre que la crédibilité que j'avais bâtie depuis 20 ans ne suffirait pas.


Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 


À suivre dans cette section


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Jacynthe René: un nouveau rôle qui a changé sa vie

Édition de Avril 2019 | Claudine Hébert

La comédienne Jacynthe René n'attend plus que les maisons de production lui confient des rôles pour gagner sa vie. ...

À la une: notre spécial transformation numérique

Édition du 20 Avril 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, notre spécial transformation numérique.

À la une

Du numérique à la brique: le virage de BonLook

Découvrez pourquoi l'entreprise a décidé d'ouvrir plus d'une trentaine de points de vente physiques.

Du numérique à la brique: la transition de Frank and Oak

17/04/2019 | Catherine Charron

Voici pourquoi l'entreprise a pris la décision d'ouvrir des points de vente physiques.

Le taux directeur demeure inchangé à 1,75%

Mis à jour à 11:25 | La Presse Canadienne

Sa révision à la baisse de la croissance fait suite au brusque ralentissement de l’économie canadienne à la fin de 2018.