«Je ne perds jamais. J'ai des succès et des demi-succès» - Isabelle Hudon, chef de la direction, Financière Sun Life Québec, vice-présidente principale, solutions clients, Financière Sun Life Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

«Je ne perds jamais. J'ai des succès et des demi-succès» - Isabelle Hudon, chef de la direction, Financière Sun Life Québec, vice-présidente principale, solutions clients, Financière Sun Life Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 08 Novembre 2014

Par Diane Bérard

Les lauréates des Prix Femmes d'affaires du Québec tracent leur chemin malgré les obstacles et des préjugés tenaces. Portraits de cadres et d'entrepreneures qui réussissent.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 

Le 27 octobre, Isabelle Hudon a été promue chef de la direction de la Financière Sun Life Québec et vice-présidente principale, solutions clients de la Financière Sun Life Canada. Le 5 novembre, le Réseau des femmes d'affaires du Québec lui a remis le prix Réalisations. Retour sur le parcours d'une ambitieuse assumée et d'une optimiste qui transforme les échecs en demi-succès !

Les Affaires - Quels sont les trois moments clés de votre carrière ?

Isabelle Hudon - J'ai la jeune vingtaine. Je suis attachée de presse de Monique Landry, ministre de l'ACDI [Agence canadienne de développement international]. Nous allons à Manille rencontrer Corazon Aquino, alors présidente des Philippines. Mme Aquino a tourné le dos aux excès du règne de Ferdinand Marcos. Elle s'est installée dans la résidence des employés. Le palais présidentiel a été transformé en musée. Je revois la scène comme si c'était hier. La démesure du palais et, en face, Smokey Mountain, une montagne de déchets qui se consume continuellement. Mon premier vrai contact avec les inégalités. Second tournant : mon ascension à la présidence de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM). Ce jour-là, j'ai compris l'importance d'être ambitieuse et le niveau de détermination et de courage pour obtenir ce que l'on désire. J'ai 34 ans. Ma nomination n'est pas automatique ni naturelle, même si je suis vice-présidente de la CCMM. Le CA hésite, il veut lancer un appel public de candidatures. Je plonge. «Ça fait trois ans que je suis ici. Vous connaissez mes talents et mes capacités. Vous savez que je veux ce poste. Si vous lancez un processus externe, je ne postule pas.» C'était risqué, mais j'étais rendue là. Et j'ai agi dans le respect. Le lendemain, le CA m'a offert le poste. Troisième tournant : le défi lié à la présidence de la Financière Sun Life Québec, un secteur dont j'ignorais tout.

L.A. - En prenant la direction de la Financière Sun Life Québec, vous vous êtes rendu compte que vous étiez en déficit de crédibilité...

I.H. - Il m'a suffi de regarder les yeux étonnés des employés au moment de l'annonce de ma nomination - et les commentaires des concurrents - pour comprendre que la crédibilité que j'avais bâtie depuis 20 ans ne suffirait pas.

Cliquez ici pour consulter le dossier Prix Femmes d'affaires du Québec 

À la une

Québec discute avec Gaspé Énergie pour lui retirer ses billes

Il y a 35 minutes | La Presse Canadienne

«On a les mains liées, on essaie du mieux qu’on peut (de s’en sortir) », a laissé entendre M. Fitzgibbon.

Hydro-Québec veut vendre de l'énergie à l'État de New York

Il y a 29 minutes | La Presse Canadienne

Si le projet va de l’avant, ça pourrait être son plus gros coup à ce jour.

Freshii fait mieux qu'au premier trimestre de 2020

La perte ajustée, qui exclut certains éléments non récurrents, s’est établie à 549 000 $.