Pourquoi certaines transactions majeures sont absentes de notre classement?


Édition du 10 Novembre 2018

Pourquoi certaines transactions majeures sont absentes de notre classement?


Édition du 10 Novembre 2018

Par Claudine Hébert

Les transactions de propriétés commerciales où il y a eu exonération de paiement du droit de mutation peuvent être faites entre autres en vue d’un développement immobilier.

Deux transactions immobilières, inscrites à 170 et 165 millions de dollars, ont été exclues de notre classement. Ces transactions qui impliquent, dans un premier temps, les terrains du promoteur du nouveau quartier commercial Royalmount et, dans un deuxième temps, le 1500, avenue McGill College d'Ivanhoé Cambridge, sont en fait des ventes liées. «Ce sont des transactions de propriétés commerciales où il y a eu exonération de paiement du droit de mutation, car le transfert s'est effectué entre deux parties liées», explique Joanie Fontaine, économiste chez JLR Solutions.

Selon les données de la firme JLR Solutions, on recense 80 transactions de même type au cours des trois premiers trimestres de l'année 2018. Ce qui représente plus de 12 % du nombre total de transactions de propriétés commerciales de 1 M $ et plus ayant été réalisées pendant cette période.

Ce type de vente, dont le montant de la transaction ne répond pas à la définition de la valeur marchande, peut se produire pour diverses raisons, poursuit Sylvain Leclair, vice-président directeur, Québec, du Groupe Altus. Ce peut être pour compléter un assemblage en vue d'un développement immobilier, comme le laisse entrevoir la transaction qui implique les terrains du futur quartier Royalmount, à l'angle des autoroutes 15 et 40. Ce peut-être aussi pour des raisons fiscales et de restructurations. Chez Ivanhoé Cambridge, on n'a pas voulu commenter la vente liée à propos de la tour du 1500, avenue McGill College.

Autre transaction majeure qui ne figure pas non plus au classement Les Affaires-JLR : la Place Telus, située au 630, boulevard René-Lévesque Ouest, à Montréal. Le dernier rapport Colliers évalue cette transaction à plus de 100 M $. En fait, c'est le gestionnaire ontarien Crespoint Real Estate (qui a aussi acheté l'immeuble du siège social d'ABB, dans l'ouest de l'île, notre cinquième transaction au classement) qui, en septembre dernier, a acquis une participation majoritaire (53 %) dans l'immeuble de classe A de 32 étages sous forme d'actions, peut-on lire dans un communiqué de l'entreprise. Raison pour laquelle on ne trouve pas cette transaction parmi les actes notariés au registre foncier du Québec.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «LES GRANDS DE L'IMMOBILIER 2018»

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

24/04/2024 | Emmanuel Martinez

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

Repreneuriat: des employés au rendez-vous

23/04/2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Le taux de survie des coopératives est bien meilleur que celui des entreprises privées.

De nouvelles règles fiscales favorisent le repreneuriat familial

Édition du 10 Avril 2024 | Emmanuel Martinez

REPRENEURIAT. Elles devraient stimuler le transfert d'entreprise à des proches.