Les cryptomonnaies, un puissant outil philanthropique

Publié le 08/04/2024 à 13:15

Les cryptomonnaies, un puissant outil philanthropique

Publié le 08/04/2024 à 13:15

Par François Remy

Les cryptomonnaies rimeraient avec œuvres de charité. (Photo: 123RF)

LES CLÉS DE LA CRYPTO est une rubrique qui décode patiemment l’univers de la cryptomonnaie et ses secousses boursières, industrielles et médiatiques. François Remy se donne pour mission d’identifier les entrepreneurs prometteurs, de décoder les progrès techniques et d’anticiper les impacts industriel et sociétal de cette monnaie numérique.

(Illustration: Camille Charbonneau)

LES CLÉS DE LA CRYPTO. Lorsqu’on évoque le phénomène des actifs numériques né avec le bitcoin, les premiers mots qui viennent à l’esprit de la plupart d’entre nous sont spéculation, blanchiment, Ponzi… Pourtant, les cryptomonnaies rimeraient avec œuvres de charité.

Un obstacle récurrent. Le financement du secteur non marchand demeure régulièrement inférieur au budget nécessaire pour répondre à ses besoins opérationnels. Et cela, malgré la constante augmentation des appels aux dons et campagnes de financement des organisations sans but lucratif. Les retombées économiques des récentes crises, de la pandémie de coronavirus à la guerre russo-ukrainienne, en passant par la riposte démesurément sanglante d’Israël aux attaques terroristes du Hamas, ont fragilisé les contributions des principaux donateurs, notamment des gouvernements.

Les organismes d’aide humanitaire redoublent dès lors d’efforts pour mettre au point de nouveaux moyens de récolte. Or, «les cryptomonnaies constituent l’une des dernières avancées dans cette catégorie, adoptées par les ONG pour augmenter et diversifier leurs sources de dons», notent en préambule de leur étude intitulée «Décoder la philanthropie numérique» les professeurs Milad Keshvari Fard et Fotios Petropoulos, de l’École de gestion de l’Université de Bath, accompagnés de Jingshu Liu, chercheuse doctorante à l’Université Cranfield.

 

Secteur adoptif précocement

Le secteur non marchand était parmi les pionniers de l’adoption des cryptoactifs. L’organisation internationale Save the Children a commencé à accepter les dons en bitcoins pour soutenir les victimes du typhon Haiyan aux Philippines en 2013. La Croix-Rouge américaine emboîtait le pas l’année suivante au travers d’un partenariat avec le prestataire de paiements crypto BitPay.

La plus grande organisation humanitaire de la planète, les Nations unies, a embarqué dans les cryptos quelques années plus tard. En 2018, quelques clics suffisaient pour que l’UNICEF transforme votre navigateur web en mine de cryptomonnaies pour venir en aide aux enfants réfugiés du Myanmar. Bien décidée à explorer les opportunités qu’offraient manifestement ces nouvelles monnaies de l’économie numérique, l’agence de l’ONU pour l’enfance a même créé en 2019 un fonds crypto capable de recevoir, conserver et décaisser des bitcoins (BTC) et des ethers (ETH).

Actuellement, parmi le top 100 des États-Unis, 56 des plus grands organismes caritatifs acceptent les paiements crypto mais aussi «récoltent activement des fonds en cryptos», précise le rapport annuel 2024 de The Giving Block, un fournisseur de services accompagnant le secteur non marchand dans l’écosystème du bitcoin, des tokens et chaînes de blocs.

 

Un état de fait peu documenté

«Plus de dix ans après l’apparition de cette technologie, les cryptomonnaies se sont révélées être un outil puissant pour les dons philanthropiques», assurent Fard, Petropoulos et Liu dans leur étude.

Mais, malgré le potentiel unique des cryptomonnaies pour le secteur non marchand, singulièrement en ce qui concerne la levée de fonds, la recherche académique sur le comportement des donateurs crypto à l’égard de ce milieu s’avère rare. Voilà pourquoi les auteurs se sont penchés sur les attributs des actifs numériques impliqués dans les donations et les caractéristiques des donateurs crypto.

Pour ce faire, ils ont concentré leurs analyses sur l’une des plus importantes campagnes de dons en monnaies numériques, celle d’Aide pour l’Ukraine (Aid for Ukraine), une organisation décentralisée autonome gérée par différents membres du gouvernement ukrainien ainsi que des entreprises crypto. En moins d’un an, cette campagne de financement participatif crypto avait donné lieu à 114 000 transactions en provenance de quelque 90 000 adresses au travers de 13 chaînes de blocs.

 

Une histoire à suivre

Les données empiriques qu’ont recueillies les chercheurs ont permis d’identifier des tendances intéressantes. «Nos résultats suggèrent que les utilisateurs fréquents de cryptomonnaies ont tendance à faire des dons plus importants et sont plus susceptibles de s’engager dans des contributions futures», stipulent par exemple les auteurs.

À côté de cette observation, il ressort aussi que l’indicateur le plus significatif du montant des dons reçus dans une cryptomonnaie n’est autre que sa capitalisation de marché, ou encore son ancienneté. Toutes choses étant égales par ailleurs, les cryptos associées à des frais de transaction plus élevés devraient faire l’objet de moins de dons. Mais il est intéressant de noter que les donateurs ont en moyenne tendance à donner les cryptomonnaies dont le prix est plus volatil de leur portefeuille.

Toutes ces pistes appellent évidemment à poursuivre les recherches, en étudiant de façon plus approfondie la causalité qui sous-tend ces conditions. Tout comme il serait intéressant d’explorer ce qui motive certains magnats de la crypto à multiplier les dons philanthropiques ou d’objectiver le rôle des médias sociaux dans la collecte de dons.

«Dans le paysage en constante évolution de la philanthropie, l’émergence des cryptomonnaies en tant que puissante technologie de rupture a ouvert de nouvelles possibilités pour le secteur non marchand», insistent en conclusion Milad Keshvari Fard, Jingshu Liu et Fotios Petropoulos.

Inscrivez-vous à notre infolettre thématique pour du contenu qui répond à votre réalité:

Techno – Tous les lundis

Retrouvez les conseils de nos experts en cybersécurité, des analyses sur les cryptomonnaies, et les dernières actualités sur les innovations technologiques.

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé, la tech et Nvidia se démarquent

Mis à jour à 09:50 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX ouvre en hausse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour à 07:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

OPINION Bourse: Wall Street termine en baisse
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi 22 mai
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500
Mis à jour le 21/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Célébrer l’échec est stupide!

Il y a 25 minutes | Dominic Gagnon

Il ne faut pas célébrer l’échec rapide d’une start-up, mais plutôt un échec qui fournit un apprentissage.

Le Groupe Banque TD affiche un bénéfice de 2,56G$ au 2T

Il y a 9 minutes | La Presse Canadienne

Le Groupe Banque TD a annoncé que son bénéfice du 2T a chuté par rapport à l’année dernière.

À surveiller: Innergex, Nvidia et Bombardier

Il y a 45 minutes | lesaffaires.com

Que faire avec les titres d'Innergex, Nvidia et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes.