L'électronique, un bon copilote...

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

L'électronique, un bon copilote...

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

L'assistance électronique prend de plus en plus de place à bord des véhicules. Ces technologies renforcent la sécurité, mais elles n'éliminent pas le danger. Tour d'horizon des principaux systèmes d'aide à la conduite.

Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»

Contrôler la stabilité du véhicule

L'ESC (Electronic Stability Control), aussi appelé correcteur de trajectoire, repose sur une série de capteurs électroniques qui lisent plusieurs fois à la seconde la trajectoire du véhicule. Si la position du volant et la trajectoire du véhicule ne concordent pas, comme lorsqu'on arrive trop rapidement pour prendre une courbe, l'ESC agit automatiquement en appliquant brièvement les freins sur une ou plusieurs roues, en réduisant la puissance du moteur ou en effectuant ces deux actions de façon simultanée pour remettre le véhicule dans le droit chemin. Plusieurs études menées par Transports Canada, L'IIHS (Insurance Institute for Highway Safety) et le NHTSA (National Highway Traffic Safety Administration) démontrent que le contrôle de la stabilité diminue de 30 à 40 % les accidents dus à une perte de contrôle.

Bien utiliser les freins ABS

Ils semblent aujourd'hui bien banals, mais il y a 25 ans à peine, les freins ABS (Antilock Braking System) étaient réservés aux berlines de luxe allemandes. L'ABS empêche les roues de se bloquer pour donner plus de stabilité lors des freinages. La capacité de freinage et de direction du véhicule est directement liée à la force de traction que les pneus peuvent générer. Or, si les freins ABS sont très utiles sur chaussée sèche, ils sont inutiles l'hiver sur la glace. Et trop de gens n'ont pas appris à les utiliser correctement et oublient qu'ils peuvent permettre de diriger le véhicule lors des manoeuvres de freinage d'urgence.

Rester dans sa voie

Activé à l'aide d'un bouton situé sur le tableau de bord, l'avertisseur de sortie involontaire de voie utilise une caméra orientée vers l'avant qui détecte les marques sur la chaussée. Lorsque le véhicule franchit la ligne médiane, le système exécute une commande correctrice (concernant la direction ou le freinage) et dans certains cas, pour des systèmes plus évolués, il fournit une force de braquage qui replace le véhicule dans la bonne voie. Le franchissement de la ligne médiane peut être accompagné d'un bip ou encore, chez Mercedes et Cadillac, d'une vibration dans le siège du conducteur pour signaler à ce dernier qu'il dévie de sa trajectoire.

Détecter les angles morts

Le système de détection d'angles morts sert à avertir le conducteur de la présence d'un véhicule dans l'angle mort des rétroviseurs extérieurs. Des capteurs (une caméra, des ultrasons ou un radar) surveillent les côtés et l'arrière du véhicule afin de détecter tout véhicule approchant par l'arrière et d'avertir le conducteur au moyen d'un voyant sur les rétroviseurs extérieurs du côté ou de l'arrière du véhicule ou sur la porte. Le détecteur d'angles morts n'est pas conçu pour remplacer la vigilance du conducteur. Il ne faut pas s'y fier aveuglément. On doit toujours vérifier visuellement l'information transmise par le système avant d'agir.

Prévenir les collisions

Un dispositif plus sophistiqué utilise plusieurs autres technologies connues pour pousser un peu plus loin la sécurité active. Le système de précollision a été mis au point par Mercedes et implanté depuis peu par plusieurs autres constructeurs. Il se compose d'un radar intégré à la calandre, d'une caméra incrustée au dos du rétroviseur intérieur derrière le pare-brise et d'une unité centrale. Le radar et la caméra surveillent en permanence la route devant la voiture, détectent les objets qui peuvent s'y trouver et mesurent la distance les séparant du véhicule qui roule devant. La caméra détermine le type de l'objet qui se trouve sur la route. Le système est aussi efficace pour déceler un risque de choc arrière.

En situation d'urgence, le conducteur est averti par des signaux sonores et par un signal lumineux clignotant . Au même moment, les ordinateurs de bord vont commander le resserrage des ceintures de sécurité, la fermeture du toit ouvrant et la préparation de la voiture à un choc.

Si le conducteur ne répond pas à l'avertissement sonore et lumineux, le système prend l'initiative du freinage à pleine puissance pour éviter la collision. Tant que la différence de vitesse entre les deux véhicules est inférieure à 25 km/h, le système peut permettre d'éviter la collision. Sinon, toutes les dispositions sont prises pour réduire les risques de blessures en cas d'impact.

Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»

À suivre dans cette section


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Y a-t-il un avenir pour la production d'aluminium au Québec?

19/10/2019 | François Normand

ANALYSE. L’industrie vit une crise qui nécessite une révolution économique, mais surtout technologique.

La région de l'aluminium, mais pas seulement

Édition du 14 Septembre 2019 | Pierre Théroux

FOCUS SAGUENAY–­LAC-SAINT-JEAN. Impossible de la manquer. En arrivant à la ville de Saguenay, ...

La Bourse est figée en attendant un signal

BLOGUE. Il faudra plus que la résolution des conflits pour redonner un réel nouvel élan à la Bourse, selon ce stratège.