L'électronique, un bon copilote...

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

L'électronique, un bon copilote...

Offert par Les Affaires


Édition du 14 Mars 2015

Garder ses distances

Le régulateur de vitesse adaptatif (ou ACC, pour Adaptative Cruise Control) est un dispositif évolué de régulation de vitesse qui nous permet de conserver une distance préétablie entre notre véhicule et celui qui roule devant nous. À l'aide d'une série de capteurs installés à l'avant, le système mesure la vitesse du véhicule qui nous précède et la distance entre les deux véhicules, et s'ajuste pour toujours maintenir la même distance. Le conducteur peut régler la distance minimale qui doit séparer les deux véhicules. Une fois en marche, le système maintient cette distance. Si le véhicule devant ralentit, le suivant ralentit automatiquement sans aucune intervention du conducteur. Les systèmes les plus évolués vont même jusqu'à arrêter la voiture si besoin est. Cet élément de sécurité permet de prévenir un grand nombre de collisions.

Éclairer là où c'est nécessaire

Le principe derrière cette idée est simple. Il s'agit d'offrir une vision de nuit optimale dans toutes les situations. Lorsque le véhicule est dans une courbe, les phares ordinaires continuent à éclairer droit devant. Donc, ils éclairent le bord de la route et laissent dans le noir la partie de la chaussée vers laquelle le véhicule se dirige. Les phares adaptatifs tournent leurs faisceaux en fonction de la position du volant pour éclairer la trajectoire du véhicule. De cette manière, on évite par exemple que le véhicule éclaire le ciel en montant une pente. Une mise à niveau automatique ajuste les phares à la route. Cela permet aussi de ne pas aveugler le conducteur d'une voiture qui vient en sens inverse dans une courbe ou un animal qui se trouve sur une route sinueuse.

Rester réveillé au volant

Certaines berlines de luxe sont dotées d'un détecteur de somnolence. Mercedes l'a baptisé : «Attention Assist». Selon plusieurs études, la somnolence est à l'origine de 25 % des accidents graves sur la route. À l'aide de capteurs très sensibles, le système électronique analyse plus de 70 paramètres de conduite (vitesse, accélérations, mouvements du volant, clignotants) lorsque le véhicule roule à plus de 80 km/h. Les capteurs surveillent en permanence les mouvements du volant pour déceler les premiers signes de fatigue du conducteur.

Voir aussi la nuit

Développé à l'origine pour des utilisations militaires, le système de vision nocturne détecte sous forme d'images thermiques des objets potentiellement dangereux (piétons ou animaux sur la route) jusqu'à une distance de 160 mètres et donne l'alerte. Si un être vivant ou un objet se tient alors dans la zone d'alerte, le module spécifique intégré aux phares avant clignote à plusieurs reprises.

Offerte en option sur quelques véhicules haut de gamme, la vision de nuit permet de détecter bien avant vos yeux un danger potentiel sur la route. En plus d'une caméra nocturne installée dans le pare-brise, un capteur infrarouge détecte aussi la chaleur. Les objets en rouge sur l'écran dégagent de la chaleur (donc sont vivants), tandis que ceux en bleu n'en dégagent pas (une roche, un arbre). Le rendu de l'image est excellent, et vous pouvez même repérer un animal ou un être humain caché dans un bosquet.

... mais le conducteur reste le boss

Tous ces dispositifs de sécurité supplémentaires qui équipent peu à peu les véhicules modernes semblent très intéressants, mais ils ont leurs limites. Plusieurs rapports d'accidents sont très clairs à ce sujet : la perte d'attention, la somnolence et la distraction sont citées de plus en plus souvent dans les causes d'accidents. Plusieurs spécialistes commencent à pointer du doigt l'électronique embarquée dans certaines berlines modernes, car elle contribuerait à réduire la vigilance des conducteurs. En effet, l'attention a tendance à se relâcher très rapidement quand on est à bord d'une auto qui roule pratiquement toute seule. Le conducteur a besoin d'un délai de plusieurs secondes avant de se réhabituer à la conduite d'une voiture quand il a rompu avec ses automatismes. Une situation dangereuse, car ces secondes sont cruciales en cas de manoeuvres d'urgence. Elles peuvent faire la différence entre la vie et la mort.

Il est vrai que les constructeurs automobiles visent d'abord à augmenter la sécurité avec tous ces systèmes intelligents. Toutefois, ce coussin douillet de protections actives et passives contribue à endormir littéralement le conducteur, qui devient maintenant un passager au volant d'une voiture conduite par la fée électronique. Il ne faut jamais oublier que le conducteur devrait toujours être le seul maître à bord, et que la conduite devrait toujours retenir toute son attention.

Cliquez ici pour consulter le cahier auto «Les aides à la conduite»

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

10 choses à savoir jeudi

Les femmes plus remises en question que les hommes, la COVID-19 perdurera après la pandémie et QAnon demeure populaire.

Vers le vert, au-delà du marketing

BLOGUE INVITÉ. Le développement durable, au-delà de l’image et des volontés du marketing, c’est un défi de taille.

CDPQ: une gestion de l'innovation à trois niveaux

SPÉCIAL INNOVATION. Gérer l’innovation au sein d’une organisation aussi vaste que la CDPQ n'est pas une mince tâche.