Comment gérer l'obésité avec doigté

Publié le 21/09/2023 à 17:00

Comment gérer l'obésité avec doigté

Publié le 21/09/2023 à 17:00

Les conséquences de la saga Ozempic

Les personnes souffrant d’obésité pourraient-elles pâtir d’un recul de la couverture médicamenteuse à la suite de la fulgurante popularité d’Ozempic, amorcée par des influenceurs sur les réseaux sociaux? C’est ce que craint le Dr Robitaille. «La médiatisation et l’explosion des prescriptions d’Ozempic n’aident pas à faire avancer le dossier ! Les réseaux sociaux sont parfois utiles, mais dans ce cas ils sont plutôt nuisibles.»

Du côté des assureurs, le mouvement pour un plus grand contrôle est entamé. À Beneva, comme chez plusieurs assureurs, Ozempic est désormais inclus dans un mécanisme d’autorisation préalable. «Il sera donc bloqué à l’entrée jusqu’à obtention de la preuve que la personne qui le réclame est atteinte de diabète de type 2, explique Éric Trudel. C’est une molécule approuvée pour ce type de diabète qui, dans 30% des cas, est prescrite pour une autre maladie: l’obésité. C’est assez complexe comme situation puisqu’elle est prescrite par des médecins qui la considèrent efficace.»

«D’un point de vue médical, c’est correct», explique le Dr Robitaille, qui précise qu’une nouvelle molécule, commercialisée sous le nom de Wegovy et qui comporte le même ingrédient actif qu’Ozempic, arrivera bientôt sur le marché pour le traitement de l’obésité. «Wegovy est associé à une perte de poids de l’ordre de 15% du poids initial et coûtera autour de 5000$ par année», précise Neda Nasseri.

«Les employeurs doivent démontrer plus d’ouverture face à la nouvelle définition de l’obésité et mettre en place des solutions pour soutenir tous leurs employés, peu importe leur stature.» – Neda Nasseri, Desjardins Assurances

Changer les perceptions

«On est dans un monde en changement parce que l’obésité n’est pas reconnue comme une maladie chronique par tout le monde, mentionne le Dr Robitaille. Les choses sont en train de changer parce qu’on en parle plus.»

Chez Desjardins Assurances, Neda Nasseri est du même avis. «Bien qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire, le regard des gens s’est adouci un peu et on s’éloigne de la mathématique simpliste des calories qu’on dépense soustraites aux calories qu’on ingère, dit-elle. Les employeurs, quant à eux, doivent démontrer plus d’ouverture face à la nouvelle définition de l’obésité et mettre en place des solutions pour soutenir tous leurs employés, peu importe leur stature.»

 

En quelques chiffres

41%

des employés atteints d’obésité disent avoir été victimes de discrimination au travail

 

44%

des personnes atteintes d’obésité ont connu des taux de stress quotidiens élevés au cours des trois derniers mois, contre seulement

27%

en moyenne

51%

des participants de régimes d’assurance collective affirment que la pandémie a forcé le report de traitement ou de tests médicaux, une proportion qui grimpe à

68%

chez les participants atteints d’obésité

 

Source: Sondage Benefits Canada sur les soins de santé 2022

 

 

• Ce texte a été publié dans l’édition de juin 2023 du magazine Avantages

Sur le même sujet

Managers, usez subtilement de l'effet Ikea!

22/02/2024 | Olivier Schmouker

MAUDITE JOB! «J'ai souvent des idées géniales, mais les membres de l'équipe que je dirige n'embarquent pas. Pourquoi?»

Une chambre de commerce inaugure officiellement sa propre garderie

Mis à jour le 21/02/2024 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. «Le risque n’est pas grand, mais les bénéfices sont immenses», estime la directrice générale.

À la une

Bourse: Nvidia a pulvérisé les attentes, mais quelle sera la suite?

Il y a 30 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Après un gain d'environ 240% sur un an, est-il trop tard pour investir dans le titre de Nvidia?

Lynx Air cessera ses activités lundi après avoir demandé la protection de la loi

Il y a 11 minutes | La Presse Canadienne

Le vol inaugural de Lynx Air a décollé il y a moins de deux ans, en avril 2022.

Négociations à TVA: un lock-out n'est pas à exclure, dit PKP

22/02/2024 | Dominique Talbot

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.