Ces entreprises québécoises qui épargnent trop

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

Ces entreprises québécoises qui épargnent trop

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Mars 2015

[Photo: iStock]

Les firmes québécoises sont assises sur un coussin de 110 milliards de dollars de liquidités, selon une l’étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (ISIS) publiée en janvier 2015. Elles ne semblent cependant pas pressées d’investir ce trésor dans leurs opérations ou dans des placements.

Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités

Pendant que les revenus des ménages canadiens ont plutôt tendance à stagner et que leur endettement progresse de 7,7% (pour atteindre 1529 G$ fin 2014), les entreprises au pays ont accumulé un confortable coussin de liquidités.

L’auteur de l’étude de l’IRIS, Éric Pineault, estime que ce phénomène découle directement de la baisse du taux d'imposition des sociétés canadiennes, passé de 38,1% en 1988 à 26,5% en 2010.

« Si les sources de revenus qui ont nourri cette accumulation proviennent d’un taux de profit avant impôts demeuré stable à environ 9 %, ce sont les baisses d’impôts consenties aux entreprises pendant les années 1990 et surtout à la fin des années 2000 qui ont augmenté significativement le flux de revenus », estime-t-il dans l’enquête.

Cette manne d’argent frais s’avère clé pour certains secteurs de l’économie, comme la fabrication, la production ou le domaine des transports, qui doivent régulièrement investir dans le renouvellement de leurs équipements ou de leur flotte de véhicules.

Toutefois, la plus grosse partie du coussin est le fait de grandes entreprises, pour la plupart des divisions de multinationales et quelques entreprises du Québec Inc, constate l’étude, qui a passé au crible le montant des liquidités amassées par 92 grandes entreprises québécoises.

On remarque que 6 d’entre elles se partagent à elles seules 50 % de l’épargne accumulée. Elles oeuvrent principalement dans les secteurs des hautes technologies, de l’industrie pharmaceutique, de la manufacture et des services de distribution.

Des actionnaires heureux

Les diminutions de l’impôt sur les sociétés avaient avant tout été mises en place pour favoriser l’investissement. Elles n’ont cependant pas eu l’effet escompté. En effet, le taux d’investissement au sein des entreprises canadiennes n’a grimpé que de 2% entre les années 1990 et 2010. Il représente ainsi aujourd’hui 12% du PIB du pays.

« Le phénomène de la surépargne est une tendance lourde qui déjoue les stratégies d’incitation fiscale à l’investissement », note Eric Pineault.

C’est surtout la redistribution des gains aux actionnaires qui a bondi, passant de 3 % à 7% du PIB depuis les années 90. Une bonne chose pour les caisses de retraite, qui sont souvent des actionnaires de ces sociétés.

Reste toutefois à comprendre pourquoi les grandes entreprises canadiennes jouent les écureuils et accumulent des liquidités de manière aussi spectaculaire. Et quelles sont les conséquences de cette pratique aux plans politique et macro-économique ?

Cliquez ici pour consulter le dossier Gestion des liquidités

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: Wall Street mise sur la reprise économique

Mis à jour le 02/06/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La levée graduelle des mesures de restriction l’emporta sur les inquiétudes liées aux tensions.

Titres en action: Molson Coors, Zynga, Facebook

Mis à jour le 02/06/2020 | La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Les vendeurs d'armes à feu flambent à Wall Street

02/06/2020 | AFP

Le nombre de dossiers déposés pour une vérification des antécédents avant l’achat d’une arme à feu a déjà augmenté.