Une «héroïne de l'alimentation» venue tout droit du Témiscamingue

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Une «héroïne de l'alimentation» venue tout droit du Témiscamingue

Offert par Les Affaires


Édition du 06 Octobre 2018

Par René Vézina

Hélène Lessard en pleine action!


Le Témiscamingue est le secret le mieux gardé au Québec.


Beaucoup de gens le disent, à commencer par Hélène Lessard, copropriétaire de la Fromagerie du Village, à Lorrainville, quelques kilomètres à l’est de Ville-Marie, plus connue.


Mais Lorrainville dispose un atout que les autres n’ont pas : Hélène Lessard elle-même. L’été dernier, il était difficile de la rejoindre le mercredi après-midi. Si vous appeliez, vous risquiez de vous faire dire : « Rappelez plus tard, elle est à la comédie ». Pardon ? Le rapport entre une dirigeante de PME et le théâtre ?


« Nous cherchions un moyen d’attirer des gens chez nous, dit-elle, de là cette histoire que nous avons mise en scène, qui rappelle l’histoire de la municipalité, et qui a été populaire au-delà de nos espérances… »


Assez pour attirer globalement près de mille personnes au gré de ces mercredis, avec Hélène Lessard dans le rôle de la grand-mère qui raconte malicieusement, avec un accent senti, les hauts et les bas historiques des familles de Lorrainville !


Et s’il fallait une autre preuve qu’il s’agit là d’une entrepreneure hors du commun, la voici.


La seule au Québec


En avril 2016, elle a été élevée au rang de « Héro (ou héroïne) canadien de l’alimentation » de l’organisme Slow Food Canada, qui veut mettre en valeur les traditions alimentaires locales et promouvoir une alimentation de qualité, au-delà de la restauration rapide. En identifiant des gens hors de l’ordinaire.


« Cinq personnes ont été nommées cette année-là, et j’étais la seule du Québec », dit-elle, encore incrédule, même gênée qu’on ait reconnu son travail lors de cette cérémonie qui se déroulait à l’autre bout du pays, à Inverness, en Colombie-Britannique. « Je me trouvais bien jeune (à peine 50 ans) pour faire partie d’un Temple de la Renommée, mais ça faisait quand même un beau velours…»


Officiellement, l’histoire de la Fromagerie du Village remonte à 1996. Mais ses racines datent de 1990. 


Hélène Lessard, qui venait de Granby, terminait ses études en bioagronomie à l’Université Laval. Elle y a rencontré celui qui allait devenir son conjoint, et partenaire, Christian Barrette, dont la famille exploitait depuis quatre générations une ferme laitière au Témiscamingue. Ensemble, ils ont fini par la racheter. Ils avaient tout juste 25 ans !


« Nous savions que notre lait était très bon », dit-elle. Il faut savoir que l’ensoleillement prolongé l’été, dans le nord-ouest du Québec, est réputé produire un foin différent de celui qu’on retrouve dans le sud. Le lait des vaches s’en distingue.


Mettre la PME en valeur


C’est en partie ce qui les incité à créer la fromagerie, petite au départ : mais quand un incendie a ravagé la ferme, en 1999, la famille a décidé de miser d’abord et avant tout sur la transformation. Une récession avait frappé quelques années plus tôt, « mais nous avions déjà un historique d’entrepreneurs, dit-elle, et les financiers ont été moins frileux quand est venu le temps de nous appuyer ». 


Ils ont eu raison. Aujourd’hui, l’entreprise compte 18 employés, elle s’approvisionne auprès de cinq producteurs laitiers des environs et ses fromages sont distribués un peu partout au Québec, un peu en Ontario et on commence à les voir ailleurs au Canada. La fille d’Hélène Lessard, Anne Barrette, en est aujourd’hui la PDG, et elle-même occupe maintenant le poste de directrice marketing de l’entreprise.


Et elle le dit avec fierté, mais aussi avec une pointe de regret : « Ce sont là parmi les seuls produits témiscamiens qui rayonnent au-delà de la région. Mais ici, c’est le royaume de la grande entreprise (NDLR : par exemple, Tembec). Il n’y a pas beaucoup de PME qui peuvent se mettre en valeur. »


Quand même, la fromagerie continue à aspirer aux grands honneurs. Elle est déjà en nomination au prochain Caveus, l’équivalent fromager québécois des Oscars, qui se déroule le premier novembre à Québec. 


Y couronnera-t-on le Cru du clocher (au lait cru), le Cendrée de Notre-Dame, le Cœur du village ou autres fromages de Lorrainville ? En tous cas, le Témiscamingue mérite de ne plus être le secret le mieux gardé au Québec…


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «FOCUS RÉGIONAL: ABITIBI-TÉMISCAMINGUE»


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Abitibi-Témiscamingue : L'expansion économique se poursuivra en 2018 et 2019

Édition du 13 Octobre 2018 | Les Affaires

L'économie de l'Abitibi-Témiscamingue demeurera en expansion cette année et l'an prochain grâce, notamment, à la ...

Le nord-ouest du Québec, la nouvelle frontière

Édition du 06 Octobre 2018 | René Vézina

Pour bien des Québécois, l'Abitibi-Témiscamingue est un peu leur ultime frontière.Les Premières Nations l'occupent ...

À la une

La légalisation du cannabis permet à Hexo de gonfler ses revenus

Il y a 29 minutes | La Presse Canadienne

Ils ont progressé de 500% au dernier trimestre par rapport à la même période l'an dernier.

Grosse commande pour Électrique Lion

L'entreprise responsable de la commande est détenue par la Caisse de dépôt et placement du Québec et la SNCF.

Huawei et le réseau 5G canadien, est-ce une bonne idée?

La question ultime est de savoir quelle importance le Canada accorde à la crainte d’une collecte de données inappropriée