Faire de la peur une alliée

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Faire de la peur une alliée

Offert par Les Affaires


Édition du 07 Novembre 2015

Diane Lanctôt, Lanctôt Ltée.

LAURÉATE - Dans les années 1980, tous les jeunes Québécois rêvaient de posséder un accessoire griffé Vuarnet. Ce phénomène, on le doit en partie à Diane Lanctôt, qui en était alors à ses premiers pas dans le monde des affaires. «Mon père, Raymond Lanctôt, possédait une entreprise d'importation et de distribution de skis. J'ai étudié en physiothérapie et j'ai lancé mon cabinet privé. Malgré tout, lorsque mon père a décidé de vendre, j'ai ressenti l'envie de poursuivre son oeuvre», raconte la lauréate des Prix Femmes d'affaires du Québec dans la catégorie Entrepreneure active à l'international.


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


Elle a donc repris le nom de l'entreprise, Lanctôt Ltée, tout en diversifiant ses activités. «Au fil des ans, j'ai élargi la gamme de produits en distribuant aussi de l'équipement de plein air, de hockey et de baseball, de même que des lunettes et des vêtements de sport.»


Bien qu'elle aime prendre des risques, la dirigeante admet avoir souvent peur de se tromper. «Toutefois, cette peur n'est pas négative en soi, parce qu'elle m'oblige à ralentir et à mieux analyser la situation. Je peux ainsi prendre une décision plus réfléchie, qui tient compte du bien-être de chacun de mes employés.»


C'est justement ce qui l'a poussée à se lancer également dans la fabrication de ses propres produits. «C'est un choix risqué, parce que chaque fois que nous procédons à l'acquisition d'une marque, nous devons investir des sommes importantes. Mais c'est une façon de nous protéger. Les fournisseurs avec lesquels nous collaborons peuvent toujours décider de vendre leurs produits par eux-mêmes ou de changer de distributeurs. Avec les marques dont nous sommes propriétaires, cela ne risque pas d'arriver», explique Diane Lanctôt.


Le plus grand risque qu'elle ait jamais pris


«Acheter le distributeur des skis Fischer était une décision risquée, car dans ce secteur, les marges sont faibles et précaires. Malgré tout, j'ai décidé de foncer, et du jour au lendemain, nous avons doublé notre chiffre d'affaires !»


Ce qu'elle aimerait réaliser en affaires


«Une de mes priorités consiste à préparer la relève. Lanctôt Ltée est une entreprise familiale et, pour moi, il est très important d'en assurer la pérennité. Voilà pourquoi il est primordial de déceler les talents et de leur permettre de se développer.»


Cliquez ici pour consulter le dossier Femmes d'affaires : défi croissance


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!

20/03/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Le pire, c'est qu'ils n'en ont même pas conscience. Pas plus que les cadres, selon une étude Léger-ADP.

Françoise E. Lyon : la passion des finances

Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay

FEMMES D'AFFAIRES. Si Françoise E. Lyon a découvert le domaine de la finance par accident, elle n'a cessé depuis...

OPINION Kateri Normandeau : l'ingénieure bâtisseuse
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay
Marie-Andrée Roger : briller parmi les technos
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay
Rose Fierimonte: construire la diversité
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Budget Québec 2019: un milliard pour protéger les sièges sociaux

BUDGET QUÉBEC 2019. Un autre milliard sera injecté au capital d’Investissement Québec.

Budget Québec 2019: taxes scolaire: vers une harmonisation des taux de taxation

BUDGET QUÉBEC 2019. Le gouvernement du Québec amorce dès 2019 sa réforme du régime de la taxe scolaire.

Budget Québec 2019: «Un bon budget pour l'économie», mais insuffisant en éducation

BUDGET QUÉBEC 2019. Le premier budget Girard est un «bon budget pour l'économie», clame le milieu des affaires.