Le plafond de verre se fissure davantage

Publié le 12/11/2011 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:15

Le plafond de verre se fissure davantage

Publié le 12/11/2011 à 00:00, mis à jour le 09/05/2012 à 16:15

Tout n'est pas encore parfait. On est loin de l'équité. Cependant, les femmes marquent des points. Pour la première fois en 30 ans, c'est une femme qui représente les ingénieurs au Québec. Ce sont aussi deux femmes qui dirigent, l'une, la Place des Arts et, l'autre, le Zoo de Granby. Et ce ne sont là que quelques exemples. Bien qu'encore fortement minoritaires à occuper des postes haut placés, les femmes se taillent année après année une place dans le monde des affaires.

Leurs réalisations ne passent pas inaperçues, comme en témoigne les 28 finalistes des Prix Femmes d'affaires du Québec 2011, organisé par le Réseau des femmes d'affaires du Québec (RFAQ). Parmi elles figure Geneviève Gagnon, qui a fondé son entreprise, La Fourmi bionique, avant de souffler ses trente bougies. Et Maya Azzi, qui, à 26 ans, occupe le poste de vérificatrice chez Samson Bélair/ Deloitte & Touche.

«Elles sont des sources d'inspiration pour les Québécoises de tous les âges et de tous les domaines», dit Ruth Vachon. La présidente du RFAQ précise que les Québécoises sont désormais plus nombreuses à accéder à des emplois importants dans de grandes entreprises et à percer dans des domaines jusqu'alors réservés aux hommes. Même très jeunes, elles grimpent les échelons à la vitesse grand V.

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

À surveiller: Banque Royale, Québecor et Gildan

Que faire avec les titres de Banque Royale, Québecor et Gildan

Trump veut «encadrer» les réseaux sociaux

09:15 | AFP

Donald Trump, pointé du doigt par Twitter pour des messages «trompeurs», veut «encadrer» les réseaux sociaux.

COVID-19: de l'aide pour les start-ups!

08:00 | Jean-François Venne

DÉFI START-UP. Si les gouvernements n'avaient pas aidé les start-ups, nombreuses sont celles qui n'auraient pas survécu.