La vie est-elle plus rose pour les femmes au travail?

Publié le 11/09/2012 à 10:42, mis à jour le 13/09/2012 à 14:04

La vie est-elle plus rose pour les femmes au travail?

Publié le 11/09/2012 à 10:42, mis à jour le 13/09/2012 à 14:04

Par Olivier Schmouker

Les obstacles sont encore innombrables... Photo : DR.

La condition des femmes au travail évolue-t-elle réellement au Québec? Va-t-elle vraiment en s'améliorant, comme on se plaît généralement à le croire a priori, ou pas? Pour en avoir le cœur net, le cabinet de ressources humaines Randstad a commandé un sondage à Ipsos Reid, lequel montre, entre autres, que les obstacles sont toujours nombreux et majeurs dans la carrière des femmes…


Ainsi, deux Québécoises sur cinq (41%) affirment que trouver l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle est aujourd'hui la plus grande difficulté qu'elles aient à surmonter. À cela s'en ajoutent d'autres, en particulier les perspectives d'avenir limitées sur le marché de l'emploi (38%), les perceptions désuètes liées aux femmes occupant un poste de direction (36%) et le manque de mentor féminin (36%).


Cela étant, il convient de souligner que les Québécoises sont les Canadiennes qui estiment avoir le moins de mal à surmonter cette difficulté durant leur carrière : par exemple, au Manitoba et en Saskatchewan, 75% des femmes voient le fait de concilier travail et vie de famille comme un obstacle majeur; ou encore, en Ontario, 54% des femmes ne se sentent pas la bienvenue dans l'équipe de haute-direction, ni même en mesure d'obtenir la confiance de celle-ci.


Bien que trouver l'équilibre entre la vie professionnelle et personnelle représente l'obstacle le plus important, la grande majorité des Québécoises (91%) pensent être capables d'y parvenir. De plus, la moitié (49%) estiment qu'il est plus facile de gérer les obligations familiales et professionnelles aujourd'hui qu'il y a cinq ans. Et inversement, une Québécoise sur quatre (26%), qu'il est plus difficile de gérer leurs obligations aujourd'hui qu'autrefois. «Il s'agit là de signes très positifs pour les femmes qui visent les niveaux décisionnels de leur organisation», dit Delphine Robert, directrice, marketing, de Randstad Canada.


Maintenant, est-ce que les hommes et les femmes reçoivent une rémunération égale pour les mêmes postes et les mêmes responsabilités? La réponse est un "non" retentissant. De fait, 67% des Québécoises pensent qu'il existe un fossé – une différence très importante ou modérée – entre les sexes en matière de salaires. Même chose pour les promotions, trois Québécoises sur cinq (62%) considèrent que les hommes sont avantagés sur ce plan. Ou encore, la majorité des femmes croient que les hommes ont plus souvent l'occasion de prendre des décisions importantes que les femmes et que les hommes se voient encore attribuer les meilleurs postes.


Toutefois, les femmes ont constaté qu'il y a eu des changements positifs au cours des cinq dernières années et que le monde du travail tend vers une parité entre les hommes et les femmes. Un exemple : selon 25% des Québécoises interrogées, le Québec figure actuellement parmi les provinces qui nomment le plus de femmes à des postes de direction; une perception que n'ont pas nombre de femmes d'autres provinces (en Alberta, seulement 18% des femmes le croient; en Colombie-Britannique, 20% des femmes).

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Femmes et argent : des inégalités loin d'être éradiquées

Édition du 06 Avril 2019 | Hélène Gagné

EXPERTE INVITÉE. Trois études récentes sur les femmes et l'argent imposent un même constat : nous avons ...

Dévoilement des lauréates du ­Prix ­Femmes de mérite 2019 de la ­Fondation Y des femmes

Édition du 06 Avril 2019 | Les Affaires

La ­Fondation Y des femmes de ­Montréal a dévoilé le nom des lauréates et du ...

OPINION Au Canada, les hommes gagnent 26% plus que les femmes!
20/03/2019 | Olivier Schmouker
Françoise E. Lyon : la passion des finances
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay
Kateri Normandeau : l'ingénieure bâtisseuse
Édition du 09 Mars 2019 | Anne-Marie Tremblay

À la une

Première: des étudiants de McGill deviennent investisseurs d'impact

BLOGUE. Le Montreal Social Value Fund permettra à des étudiants d'expérimenter l'investissement d'Impact local.

Dans quelles villes le prix des propriétés a le plus crû?

BLOGUE INVITÉ. En 10 ans, le prix des maisons a augmenté davantage dans certaines villes du Québec. Lesquelles?

Le PDG d'Aldo veut prouver qu'il n'est pas que «le fils du patron»

14:09 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Je veux prouver que je suis vraiment digne de ce poste; je ne veux laisser aucun doute.»