Bio-Vert combat le suremballage de ses pastilles pour lave-vaisselle

Publié le 30/03/2015 à 12:07

Bio-Vert combat le suremballage de ses pastilles pour lave-vaisselle

Publié le 30/03/2015 à 12:07

Il y a quelques années, Savons Prolav a pu constater que les attentes en matière d’emballage sont plus grandes pour les produits écologiques que pour leurs pendants traditionnels. L’entreprise lavalloise recevait alors «énormément de plaintes» concernant ses emballages de 30 pastilles à lave-vaisselle de marque Bio-Vert.

«Les pastilles arrivaient par bateau, emballées par paquet de 15 dans des sacs de plastique qui étaient insérés tels quels dans les boîtes de carton fabriquées au Québec», se souvient Renée Gasse, commis senior à la comptabilité. «Les clients n’appréciaient pas qu’une entreprise de produits écologiques fonctionne de cette façon.»

Il faut savoir que les pastilles à lave-vaisselle sont produites au Danemark. «L’expertise et les installations pour ce type de produit sont surtout en Europe », explique Jocelyn Lavoie, directeur de production de Bio-Vert. Lui-même n’était pas à l’emploi de l’entreprise au moment des plaintes, mais sa collègue Renée Gasse raconte que c’est à cette époque qu’il a été décidé de faire emballer les pastilles directement au Danemark, de manière à éliminer le suremballage de plastique.

L’actuelle boîte de carton danoise est composée de 87 % de carton recyclé, mais l’entreprise est à la recherche d’un nouveau fournisseur qui pourrait lui proposer un pourcentage beaucoup plus élevé. «C’est l’une de nos priorités, et je peux vous dire que nous travaillons assez fort là-dessus», assure M. Lavoie.

D’ici là, l’ajustement semble avoir satisfait les clients. «À partir du moment où nous avons arrêté d’utiliser les sacs de plastique, nous n’avons plus jamais eu de plaintes [sur cet emballage], donc je prends pour acquis que le changement a été bien accueilli», note Mme Gasse. Elle souligne que cette mesure a également permis d’éliminer «beaucoup de transport», car Bio-Vert faisait affaire avec un sous-traitant de la Rive-Sud de Montréal pour l’emboitage.

Privilégier le naturel

Une seconde modification a permis à Bio-Vert d’inscrire «100 % de réduction de plastique par rapport à l’emballage précédent» sur l’étiquette de son produit : le passage des sachets de plastique aux sachets hydrosolubles pour protéger chaque pastille contre l’humidité.

«Notre clientèle ne trouvait pas normal d’avoir à jeter l’emballage plastique de chaque pastille à la poubelle, donc nous nous sommes informés sur les technologies existantes et avons choisi les sachets hydrosolubles», résume André Ouimet, chimiste responsable du laboratoire lavallois.

Les nouveaux sachets individuels sont fabriqués à partir d’un film d’alcool polyvinylique (PVA) qui se dissout au contact de l’eau. «C’est un dérivé d’alcool, donc ça se dissout en quelques secondes, ça ne laisse aucun résidu durant le lavage et c’est non toxique», détaille le chimiste. Il précise que les pastilles à lave-vaisselle ont «à peu près la même composition que le détergent en vrac», contrairement à celles composées de gel. «Les ingrédients de nos pastilles sont des sels organiques – carbonates, hydrates, silicates, etc. – qui non aucun impact sur l’environnement, alors qu’il y a plus de composés synthétiques et de molécules plus complexes dans les gels», fait-il remarquer.

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Bourse: Wall Street démarre la semaine sur les chapeaux de roues

Mis à jour à 16:55 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le Nasdaq a clôturé à un record pour la troisième séance de suite.

Titres en action: Johnson & Johnson, Nissan, MTU

Mis à jour à 13:53 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Un rebond de la demande mondiale pour le pétrole fait grimper les prévisions

Le rebond de la demande dépassera la capacité des producteurs à rétablir l’offre, croit une analyste.