Fonds inusités: fuir les «maudits politiciens»

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Avril 2016

Fonds inusités: fuir les «maudits politiciens»

Offert par Les Affaires


Édition du 16 Avril 2016

Par Stéphane Rolland

Un fonds qui fuit la Bourse lorsque les politiciens travaillent, un autre qui n'investit que dans les industries du «vice», un troisième qui mise sur les femmes. Certains gestionnaires de portefeuille sortent vraiment des sentiers battus. Voici quelques fonds originaux. À chacun de juger de la pertinence de leur stratégie.

FUIR LES «MAUDITS POLITICIENS»

Le Congressional Effect Fund semble taillé sur mesure pour les investisseurs désabusés de la politique. Sa thèse : le travail des élus du Congrès américain est nocif pour les marchés boursiers.

Le financier Eric Singer a présenté cette théorie en 1992. Selon lui, les marchés boursiers font moins bien lorsque le Congrès américain est en session, un phénomène baptisé «l'effet congrès». En mai 2008, il crée un fonds dont la stratégie s'inspire de cette théorie.

Le contenu du fonds change au gré de l'emploi du temps des représentants du Congrès. Lorsque républicains et démocrates débattent en chambre, les actifs sont placés dans des obligations à très court terme. Lorsqu'ils font relâche, le fonds reproduit la pondération du S&P 500.

D'autres études que celle de M. Singer ont démontré une corrélation entre les marchés boursiers et le bras législatif du gouvernement fédéral. Un congrès actif rendrait les marchés plus volatils et grugerait les rendements.

Malheureusement, un fossé a séparé la théorie et la réalité au cours du dernier marché haussier. Depuis cinq ans, le S&P 500 a monté de près de 72%. Le fonds, pour sa part, n'a progressé que de 8%. Disons que le calendrier du Congrès a fortement contrarié les ambitions du gestionnaire.

Un investisseur canadien ne peut pas acheter ce fonds, mais une telle stratégie est relativement facile à reproduire, à condition de suivre de près l'ordre du jour du Congrès. Le nombre de transactions à effectuer rend l'opération onéreuse. D'ailleurs, les frais de gestion du fonds sont de 3 %. Vous pourriez peut-être adapter la stratégie à l'activité parlementaire à Ottawa. Avertissement : la déception qu'elle pourrait vous apporter pourrait être pire que celle de perdre vos élections.

Cliquez ici pour consulter les autres fonds inusités

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.