Nouveau coup de pouce pour une start-up impliquée dans sa communauté

Publié le 24/07/2020 à 13:52

Nouveau coup de pouce pour une start-up impliquée dans sa communauté

Publié le 24/07/2020 à 13:52

Par Catherine Charron

(Photo: Jean-Michael Seminaro)

Un nouvel accélérateur pour start-up dont la mission première est d’avoir un impact social, environnemental et/ou économique sur son territoire s'est vu octroyer une enveloppe de 1,5M$ de la part de Développement économique Canada vendredi.

Le Consortium Territoires Entreprenants émerge d’une étroite collaboration qui a commencé il y a plus de 5 ans entre les accélérateurs L’Esplanade et Espace-inc.

Toutes deux ne s’adressent pas qu’aux start-up technologiques, mais bien à celles qui cherchent à avoir un impact dans leur milieu.

« On pense que le Québec va se construire autour de jeunes entrepreneurs qui veulent développer la province et leurs entreprises, mais pas dans une culture plus traditionnelle à la Silicon Valley », illustre Chloé Legris, directrice générale d’Espace-inc.

Depuis que leurs accélérateurs ont vu le jour en 2015, les deux instigateurs du projet ont remarqué que des start-up qui s’insèrent dans cette nouvelle économie dans certains coins du Québec avaient peu accès à des réseaux d’affaires à l’expertise pertinente pour les aider à croître.

« La refonte complète du développement économique sous les Libéraux est venue rebrasser les cartes du soutien au développement entrepreneurial et local », affirme Pascal Grenier, directeur général de l’Esplanade, ce qui expliquerait selon lui ce manque de ressources.

En travaillant directement avec les territoires, le Consortium, fondé en collaboration avec l’organisme Développement économique de l’agglomération de Longueuil et le Monvement des accélérateurs d’innovation du Québec, souhaite compléter « les ressources existantes », non pas s’y substituer.

Sept régions seraient d’ailleurs déjà intéressées par l’initiative.

D’ici les cinq prochaines années, l’équipe du Consortium souhaite permettre à 225 start-up d’ouvrir leur réseau à des mentors et des intervenants qui comprennent la réalité d’une entreprise en démarrage, et d’accéder à des « terrains d’expérimentation », afin de mettre en application dans un contexte réel leurs innovations.

Ce service s’adressera à toute organisation, qu’elle soit un OBNL, une coopérative ou une entreprise privée dont l’objectif est « de maximiser les retombées pour leur communauté », rappelle Chloé Legris. Celles-ci doivent minimalement avoir un produit fonctionnel ou bêta à présenter ou vouloir bâtir un plan de croissance, et réaliser jusqu’à 2 millions de dollars de chiffre d’affaires.

 

 

 

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les start-up technologiques de Montréal reçoivent près de 3 M$

22/10/2020 | Catherine Charron

Les incubateurs Bonjour Startup Montréal, le Centech et le CEIM se partageront cette nouvelle enveloppe.

Reprendre le flambeau de l'Esplanade

Édition du 14 Octobre 2020 | Catherine Charron

Luc Tousignant est très clair, lorsqu'on lui demande ce qu'il compte accomplir en tant que nouveau directeur général ...

À la une

Bourse: Wall Street au vert, attendant toujours un plan de relance

Mis à jour le 22/10/2020 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine au vert, avant le dernier débat Trump-Biden.

Titres en action: Precision Drilling, Corus, Rogers, Coca-Cola...

Mis à jour le 22/10/2020 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Abitibi: une importante mine d'or pourrait reprendre du service en 2021

L’une des plus importantes mines d’or en Abitibi−Témiscamingue, la mine Kiena, pourrait reprendre sa production en 2021.