La prise de rendez-vous est commencée pour les enfants de 5 à 11 ans

Publié le 23/11/2021 à 09:55

La prise de rendez-vous est commencée pour les enfants de 5 à 11 ans

Publié le 23/11/2021 à 09:55

Par La Presse Canadienne

Pfizer a livré les premières doses dimanche. (Photo: La Presse Canadienne)

Les parents qui souhaitent faire vacciner leur enfant de 5 à 11 ans contre la COVID-19 le plus tôt possible peuvent prendre rendez-vous dès maintenant.

À certains endroits, il était possible d’obtenir un rendez-vous aussi tôt que mercredi dans un centre de vaccination.

Le premier ministre François Legault doit donner davantage de détails sur la vaccination des enfants de cette tranche d’âge en fin de journée, mardi.

Santé Canada a confirmé la semaine dernière qu’elle autorisait l’utilisation de la version pour enfants du vaccin de Pfizer-BioNTech.

Le gouvernement fédéral avait déjà assuré la livraison de 2,9 millions de doses pour les enfants âgés de 5 à 11 ans, assez pour une première dose pour tous les enfants canadiens de cet âge.

Pfizer a livré les premières doses dimanche.

Sur le même sujet

Titres en action: Boeing, Stellantis, Qualcomm, Pfizer, BioNTech

Mis à jour le 05/01/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Le Canada autorise le vaccin de Pfizer/BioNTech pour les 5-11 ans

19/11/2021 | AFP et La Presse Canadienne

Les autorités sanitaires canadiennes viennent d'en faire l'annonce vendredi.

À la une

Entreprises et consommateurs prévoient une forte inflation, selon la banque centrale

L’inflation est le problème économique le plus important pour les consommateurs.

Des lignes aériennes demandent de mettre fin aux tests de dépistage à l'arrivée

Il y a 11 minutes | La Presse Canadienne

Air Canada, WestJet et l’aéroport Pearson demandent un transfert de la capacité de test des aéroports vers la communauté

La capacité hospitalière «inadéquate» du Québec pourrait nuire à la croissance

La Nationale craint que le système de santé du Québec mine l’économie quand la COVID-19 sera sous forme endémique.