On ne s'improvise pas exportateur

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2018

On ne s'improvise pas exportateur

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Novembre 2018

[Photo: 123RF]

Il n'est pas rare, notamment chez les PME, que le choix d'exporter survienne parce qu'une occasion inattendue se présente, plutôt que dans le cadre d'une planification de croissance bien ordonnée. «Il faut savoir dire non quand on n'est pas prêt, même si cela veut dire refuser un contrat qui semblait alléchant», affirme d'emblée Stéphane Fallecker, commissaire à l'international de Développement économique de l'agglomération de Longueuil.

Il ajoute qu'avant même de planifier une percée à l'international, il faut réaliser un bon diagnostic de l'entreprise pour bien connaître ses forces et ses faiblesses. On peut ensuite passer à l'autre étape, pour étudier un marché, évaluer son avantage concurrentiel, ses coûts, etc.

Des étapes qui présentent tout un défi pour les entrepreneurs, selon le PDG de Club Tissus, Frédérik Guérin. «On n'a pas le temps de ralentir, de réfléchir sur un terme de cinq ans ou plus, on est pris dans le quotidien», déplore-t-il.

Pourtant, selon Juliana Zarda, il y a beaucoup d'organisations au Québec pour aider l'entrepreneur à prendre ce pas de recul et dessiner un portrait plus global de sa situation. «Le Québec a un bon savoir-faire sur ce plan», se réjouit-elle.

Les entrepreneurs doivent donc aller chercher des ressources, mais aussi faire preuve d'ouverture d'esprit. «Les entrepreneurs ont beaucoup d'idées. C'est plutôt pour les structurer qu'ils peuvent avoir besoin d'aide, souligne Clara Dubernard, conseillère à l'exportation d'Innov&Export PME. Cela dit, certains ont une idée en tête et n'en démordront pas tant qu'ils ne l'auront pas essayée, quitte à se casser les dents.»

Par ailleurs, la mobilisation de l'équipe envers le projet est cruciale, notamment dans les TPE et PME, où ces équipes sont souvent petites. «Les dirigeants doivent planifier et mettre leurs idées en place, mais aussi bien les communiquer à leurs employés, avance Michel Poirier, conseiller aux entreprises de la MRC de Marguerite-D'Youville. Ce n'est pas toujours le cas. Or, la communication est prioritaire pour bien orienter la planification stratégique d'une entreprise.»

Une fois le plan stratégique mis sur pied, il faut le suivre de manière disciplinée, mais aussi l'évaluer en continu. «Trop d'entreprises élaborent un plan d'affaires, mais n'en mesurent pas les réalisations, déplore M. Creary. Ils ne vérifient pas si ça fonctionne comme prévu ou s'il faut rectifier le tir.»

Défis : Manque de temps, absence de pensée stratégique.
Solutions : Trouver des ressources d'accompagnement, prendre le temps de planifier, bien communiquer le plan aux employés.

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «COMMERCE INTERNATIONAL: LA GRANDE CONSULTATION»

À suivre dans cette section


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Les 6 points chauds où éviter de faire des affaires en 2020

17/01/2020 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Corruption, extorsion, risque d'enlèvement... Les dangers sont de plus en plus élevés à l'étranger.

Les chefs d'entreprises continueront d'investir en 2020 malgré l'incertitude

15/01/2020 | François Normand

Les intentions d’investir sont toutefois inégales selon le marché, la taille et l’origine géographique des entreprises.

À la une

Bourse: à Wall Street, le Dow Jones plonge de 3%

Mis à jour à 17:26 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Les acteurs du marché s’alarment devant la propagation à grande échelle de l’épidémie.

Titres en action: MTY, Air Canada, WSP Global...

06:47 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Mines: le Québec de moins en moins attractif

Ottawa et Québec «ne sont pas parvenus à proposer un climat attractif pour les investisseurs», déplore l'AMQ.