Les tarifs douaniers briment les avantages de l'AÉUCM disent des fabricants

Publié le 25/01/2019 à 11:15

Les tarifs douaniers briment les avantages de l'AÉUCM disent des fabricants

Publié le 25/01/2019 à 11:15

Par La Presse Canadienne
Une usine sans employé

(Photo:123rf)

Les constructeurs automobiles, producteurs d’aluminium, fabricants et agriculteurs américains commencent à manquer de temps, d’argent et de patience alors que l’impasse sur les tarifs nord-américains persiste, et ils implorent la Maison-Blanche d’y mettre fin.


Des émissaires de l’industrie préviennent le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, que les droits de douane imposés par le président Donald Trump sur l’acier et l’aluminium mexicains et canadiens, et les mesures de représailles qui ont suivi, compromettent les avantages que l’accord Canada–États-Unis-Mexique offrira lors de son entrée en vigueur.


Matt Blunt, un ancien gouverneur du Missouri qui occupe actuellement le poste de président de l’« American Automotive Policy Council », a déclaré lors d’une table ronde sur l’impact des tarifs douaniers, jeudi, que les efforts de lobbying de son groupe viseront principalement à mettre fin à l’impasse. Il tentera ainsi de convaincre les membres du Congrès d’appuyer le nouvel accord de libre-échange nord-américain.


Selon M. Blunt, il en coûte actuellement 464 $ de plus pour produire une seule voiture aux États-Unis, dont 275 $ à 300 $ sont directement liés aux tarifs sur l’acier et l’aluminium.


Heidi Biggs Brock, présidente et chef de la direction de l’Aluminium Association, estime que les droits de douane appliqués aux partenaires commerciaux nord-américains passent à côté de l’objectif commercial global de Donald Trump: obliger la Chine à respecter les règles.


La Chine, alimentée par ce que Mme Biggs Brock a appelé des « subventions publiques massives et injustes », produit environ 11 millions de tonnes d’aluminium de plus qu’elle en consomme chaque année, une surcapacité qui, à elle seule, est six fois plus importante que l’industrie de l’aluminium primaire aux États-Unis, a-t-elle affirmé.


En d’autres termes, les fabricants américains dépendent des importations de partenaires commerciaux sur lesquels les États-Unis peuvent compter, des partenaires tels que le Mexique et le Canada.


En fait, a déclaré Mme Biggs Brock, les tarifs douaniers pourraient avoir un effet pervers sur le plus grand rival commercial des États-Unis. « La capacité de la Chine a augmenté de plus de 62 % au cours des cinq dernières années, et l’année dernière seulement, elle a encore augmenté de 6 % », a-t-elle déclaré.


« Ainsi, malgré les très bonnes intentions de l’administration visant à renforcer l’industrie de l’aluminium aux États-Unis, il est en fait démontré que les droits de douane pourraient aider les producteurs chinois d’aluminium à pénétrer de nouveaux marchés en augmentant l’avantage des prix de la Chine par rapport à l’aluminium produit en Amérique du Nord. »


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

L'AEUMC devrait être signé lors du G20 selon Mme Freeland

Des détails doivent encore être finalisés, et l'accord doit être traduit en français et en espagnol avant d'être signé.

Tarifs douaniers ou pas, Trudeau pourrait signer l'AEUMC

Il rappelle que le Canada souhaite toujours que ces droits de douane soient levés avant l'entrée en vigueur du traité.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.