Aerolia fait travailler les PME québécoises

Publié le 15/06/2013 à 00:00, mis à jour le 13/06/2013 à 11:34

Aerolia fait travailler les PME québécoises

Publié le 15/06/2013 à 00:00, mis à jour le 13/06/2013 à 11:34

Par Pierre Théroux

Il y a un an, après avoir été sélectionnée comme fournisseur par Bombardier, l'entreprise française Aerolia décidait d'implanter sa première usine nord-américaine dans la région de Montréal.

Cette filiale du géant aéronautique EADS, spécialisée dans la fabrication de structures aéronautiques, y assemblera le fuselage central des nouveaux avions d'affaires Global 7000 et 8000 de Bombardier, qui prendront leur envol en 2016 et 2017. Aerolia prévoit investir plus de 75 millions de dollars d'ici à 2018, ce qui englobe le financement des dépenses de R-D au Québec, et générer 150 emplois.

«C'est une implantation importante. Aerolia vient combler un maillon manquant de notre chaîne d'approvisionnement, et sa présence aura un effet d'entraînement sur les fournisseurs québécois», souligne Suzanne Benoît, pdg d'Aéro Montréal.

L'arrivée d'Aerolia porte déjà ses fruits. En novembre, elle a octroyé à L-3 MAS le contrat de conception et de fabrication de la porte de secours située sur l'aile des avions Global 7000 et Global 8000. Les portes fabriquées par l'entreprise de Mirabel seront livrées à Aerolia qui les installera sur le fuselage central de chacun des avions.

Aerolia s'est aussi tournée vers Mecachrome Canada, un fabricant de sous-ensembles d'aérostructures situé à Mirabel, pour lui fournir les poutres ventrales (keel beams) qui seront installées sur les fuselages de ces mêmes appareils de Bombardier.

En avril, Mecachrome Canada concluait une entente de partenariat avec Groupe Meloche, un fabricant de composants usinés pour l'industrie aéronautique de Valleyfield qui fournit des pièces pour différents appareils de Bombardier, notamment les futurs CSeries ou Global 7000 et 8000. Les deux entreprises disaient unir leurs forces pour satisfaire les besoins de programmes comme ceux de Bombardier, mais aussi d'Aerolia, d'Airbus et de GE Aviation, lors de l'annonce de leur entente.

«Ces dernières années, de nombreuses PME québécoises ont décidé de travailler ensemble pour mieux répondre aux besoins des grands joueurs de l'industrie aéronautique mondiale», souligne Mme Benoît.

Entreprise allemande

Autre arrivée récente en sol québécois : la société allemande PFW annonçait aussi en avril dernier l'établissement de son siège social nord-américain dans la région métropolitaine. L'entreprise centenaire, un important fabricant de tubes et de conduits du secteur de l'aérospatiale, est en discussion avec Bombardier et Aerolia.

Ces diverses implantations et ententes de collaboration témoignent de l'importance d'avoir «un fleuron comme Bombardier, qui développe constamment de nouveaux avions et donne du travail à des dizaines de fournisseurs», note Mme Benoît.

De grandes et petites entreprises comme Pratt & Whitney, CAE, Delastek, Industries Trident, Marinvent, Elisen Technologies, Abipa Canada, Avior ou DCM Aéronautique figurent aussi parmi les fournisseurs implantés au Québec qui participent au développement des avions CSeries et Learjet de Bombardier.


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

COVID-19: comment vivez-vous la crise?

Nous lançons un nouveau rendez-vous: une publication de vos témoignages.

Voici les 4 critères à remplir pour sortir de la crise!

CHRONIQUE. Il y a bel et bien un espoir de mettre fin à la COVID-19, même s'il semble encore loin...

Vers une réouverture des chantiers résidentiels avant le 4 mai?

07/04/2020 | Denis Lalonde

Et si les chantiers résidentiels à travers le Québec pouvaient rouvrir avant le début du mois de mai?