Des aides précieuses pour se lancer en affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Des aides précieuses pour se lancer en affaires

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

3- Du soutien professionnel

C’est en offrant un accompagnement à l’entrepreneur dans toutes les tâches liées à la gestion de la compagnie que l’incubateur offre toute sa valeur ajoutée. Il s’agit souvent de conseils en marketing, financement, propriété intellectuelle, droit, commercialisation, exportation, relations publiques, gestion des affaires humaines, etc.

« Les entreprises en démarrage veulent surtout des services professionnels avec de l’encadrement ainsi que du support d’un agent de liaison pour faire le lien avec les divers organismes d’aide », explique Josée Courville, présidente d’Innovomax Consultation.

Certains incubateurs offrent la possibilité à leurs locataires de bénéficier d’un comité aviseur constitué de plusieurs spécialistes dont l’expertise est requise pour le développement de l’entreprise. L’accompagnement peut alors durer plusieurs années (généralement trois maximum), le temps de structurer la compagnie et de lui faire prendre son envol.

D’autres établissements offrent également du coaching effectué par des gens d’affaires. À Ignition, l’incubateur de la Maison des entrepreneurs, «ce sont des entrepreneurs experts qui accompagnent les incubés au quotidien pour mettre en œuvre leur plan d’affaire», précise Ghislain Nadeau, le président-fondateur de la Maison.

4- Des activités de réseautage

Les incubateurs organisent des activités d’animation (conférences, 5 à 7, etc) pour permettre à leurs locataires de se rencontrer et les mettre en contact avec de potentiels partenaires, financeurs ou clients. L’un des intérêts est de faire se côtoyer des chefs d’entreprise en démarrage, confrontés à des réalités similaires et qui peuvent ainsi partager leurs expériences et se donner des conseils ou tout simplement se serrer les coudes.

5- Du financement

Il est rare au Québec que les incubateurs offrent, en plus de tous les autres services, une aide financière à leurs locataires pour les aider à démarrer. Le Centech, l’incubateur de l’École de technologie supérieure (ÉTS), fait à ce titre figure d’exception en faisant bénéficier les jeunes entrepreneurs d’un prêt du fonds de capital d’amorçage pour l’étape de prototypage ou de bourses d’émergence allant de 5000 à 15 000 $.

Cette absence d’aide financière à un stade précoce de développement de l’entreprise est une sérieuse lacune selon Josée Courville car «trouver de l’argent pour le démarrage reste problématique».

Cliquez ici pour consulter le dossier : Accélérateurs et incubateurs

À la une

Après avoir créé votre site, protégez-le!

SatelliteWP a développé un outil gratuit pour vérifier si vous êtes à risque d’une cyberattaque.

Le futur véhicule coté de Trump visé par une enquête fédérale

Il y a 54 minutes | AFP

L'action Digital World Acquisition Corp est censée fusionner avec le nouveau réseau social de Donald Trump.

Ukraine: un missile russe frappe un centre commercial, Zelensky réclame le soutien du G7

Mis à jour à 11:31 | AFP et La Presse Canadienne

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.