Se réinventer pour rester toujours en tête

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Mai 2014

Se réinventer pour rester toujours en tête

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Mai 2014

Par Marie-Claude Morin

Il est peut-être plus facile d'amorcer une transformation lorsque le vent a tourné. Quand tout le monde voit clairement que les choses vont mal, la remise en question et le brouhaha qui s'ensuivent se justifient d'eux-mêmes. La marge de manoeuvre, elle, est beaucoup plus mince. Et le moral des troupes, plutôt morose.

Mais qui dit qu'il faut attendre d'en arriver là ? Les entreprises vraiment innovantes arrivent à se réinventer avant d'être au pied du mur, comme le souligne une experte interviewée dans notre reportage, en page 26. Heureusement, elle n'est pas la seule à penser ainsi !

Nous vous proposons dans ce magazine de découvrir comment des entreprises comme Gaz Métro et EBI (un spécialiste des matières résiduelles et, maintenant, de l'énergie) prennent les devants et sortent de leur zone de confort pour conserver, et même accroître, leur position de leader. Leur histoire, nous l'espérons, en inspirera d'autres à devancer le changement.

Évidemment, ça ne se passe pas toujours ainsi. Dans bien des cas, les indicateurs passent du vert au jaune... puis au rouge. Et là, pas le choix : il faut sortir la boussole et se réorienter.

Cela ne signifie pas que tout est perdu, rassurez-vous ! Des dirigeants audacieux peuvent redonner un souffle étonnamment vigoureux à une entreprise mal en point, comme le prouvent Claude Roy et Chris Perkins, pdg respectivement de Mediagrif et d'Algorithme Pharma. Je profite d'ailleurs de l'occasion pour vous inviter à ne pas manquer notre version iPad gratuite des Affaires 500, où vous trouverez du contenu exclusif dont un reportage sur Algorithme.

Que retenir de toutes ces histoires que nous vous présentons aujourd'hui ? Que rien n'est impossible, évidemment. Mais j'ai aussi été frappée de constater à quel point ceux qui réussissent à concrétiser leur vision sont profondément humains. Ils s'entourent des bonnes personnes, communiquent, délèguent et comprennent que pour leurs employés non plus, ce n'est pas facile.

Plutôt que d'imposer le changement, ces patrons l'entraînent. Comme Charles Guay, de Standard Life, qui a été le premier dans l'organisation à se convertir au concept de bureau ouvert et aux classeurs de format réduit. Anodin ? Pas du tout. Souvent, ce sont ces petits gestes qui entraîneront la réussite de la transformation.

Bonne lecture !

À lire :

Préserver son ADN

« Nous sommes devenus un énergéticien »

Coup de barre réussi chez Algorithme Pharma

Mediagrif planche sur sa transformation

De la chenille au papillon

On est si bien chez nous

Se réinventer par nécessité

Standard Life fait peau neuve

EBI roule à pleins gaz

Le classement des 500 2014

À la une

Le patron de Boeing devant une commission du Sénat américain mardi

Mis à jour il y a 37 minutes | AFP

Le groupe cumule, depuis de longs mois, des problèmes de production et de qualité sur ses avions commerciaux.

L'OCDE entame des discussions d'adhésion avec la Thaïlande

Il y a 16 minutes | AFP

L'Organisation de coopération et de développement économiques avait annoncé en février des discussions avec l'Indonésie.

Bourse: Wall Street ouvre proche de l'équilibre, les gains récents préservés

Mis à jour il y a 15 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a ouvert dans le rouge.