Standard Life fait peau neuve

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Mai 2014

Standard Life fait peau neuve

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Mai 2014

Charles Guay, président et chef de la direction de la branche la plus importante de la Standard Life à l'extérieur du Royaume-Uni. [Photo : M. Flamand]

De nature conservatrice, les institutions financières préfèrent le statu quo aux transformations. Ce n'est pas le cas de la Financière Standard Life, qui en moins de deux ans a transformé de fond en comble son modèle d'affaires, sa culture d'entreprise, ses processus informatiques et l'ensemble de son environnement de travail.

« Ce n'est pas le Big Bang, mais c'est une évolution que je qualifierais de majeure », confie Charles Guay, président et chef de la direction de la branche la plus importante de la Standard Life à l'extérieur du Royaume-Uni. Ancien cadre à la Banque Nationale, le gestionnaire de 41 ans aux yeux bleus perçants déborde d'une énergie communicative. Il a été recruté il y a deux ans pour ses capacités à transformer l'organisation.

Cliquez ici pour consulter les articles de Les Affaires 500

Depuis, Charles Guay et son équipe multiplient les initiatives. « Jusqu'à récemment, nous agissions au Canada comme une entreprise canadienne et nous envoyions nos dividendes à la maison mère, en Écosse. Maintenant, nous agissons davantage comme une entreprise internationale », explique-t-il.

L'efficacité est désormais la pierre angulaire de toutes les décisions, petites et grandes. L'entreprise a notamment automatisé près d'un millier de processus jusquelà exécutés manuellement. Un défi de taille. « Ce type de changement implique de convaincre certains partenaires qui fonctionnent encore manuellement », souligne celui qui se perçoit plus comme un « agent accélérateur » que comme le maître d'oeuvre de ces transformations.

Le vent de changement souffle sur tous les secteurs. L'institution, qui gère un actif de 48 milliards de dollars, a vendu plusieurs immeubles au Canada. Mais surtout, elle s'est retirée du secteur de l'assurance vie individuelle. À l'instar de la maison mère, elle privilégie désormais l'épargne et l'investissement, « qui demandent qu'on mette de côté moins de capitaux ». Charles Guay y voit le principal changement au modèle d'affaires.

Ce n'est toutefois pas le seul. Afin d'être « résolument plus moderne dans [son] approche », Standard Life a aussi dépoussiéré sa culture commerciale. « Avant, nous attendions que les soumissions entrent. Aujourd'hui, notre démarche est beaucoup plus dynamique auprès des courtiers afin de développer le marché des petites et des moyennes entreprises », dit le financier.

Même l'environnement de travail est revu de fond en comble. D'ici quelques mois, les murs des bureaux tomberont, laissant place à des aires ouvertes, dénuées de cloisons. Prêchant par l'exemple, le bureau du pdg trône déjà au centre d'un espace ouvert. « Je fais ce que tous devront faire », laisse tomber Charles Guay avec un sourire, soulignant qu'il est allé jusqu'à concentrer l'essentiel de ses documents dans quelques tiroirs seulement. Si le grand patron y arrive, tous devraient y parvenir !

Dans tout ce processus, comment s'assurer de l'appui des 2 000 employés de l'entreprise ? Il n'y a pas de formule magique, répond le principal intéressé. Sa solution : leur laisser les marges de manoeuvre nécessaires. « Nous fixons les grands objectifs, mais nous restons flexibles quant à la façon de les atteindre. » Ainsi, les employés sont consultés et constamment mis au courant des changements à venir.

Certes, les transformations peuvent en ébranler certains. « Évidemment, il y a sûrement des employés qui nous ont quittés parce qu'ils étaient bien dans l'ancienne façon de fonctionner. Nous avançons avec ceux qui croient comme nous en ces changements et avec ceux qui se joignent à notre équipe », dit Charles Guay.

********************************************************

430 G$ : L'actif sous gestion de Standard Life est de 430 milliards de dollars, dont 48 milliards de dollars au Canada.

1ere : La branche canadienne de Standard Life est la plus importante à l'extérieur du Royaume-Uni.

41 ans : Au début de la quarantaine, Charles Guay est sans conteste l'un des plus jeunes pdg de l'industrie financière canadienne. Diplômé de l'Université Laval, il s'implique entre autres auprès de Forces Avenir et de la Fondation des étoiles.

Cliquez ici pour consulter les articles de Les Affaires 500


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Encore 6 trimestres avant le retour à la normale!

CHRONIQUE. C'est que les chiffres sur la reprise sont «trompeurs», selon une étude de Deloitte.

Air Creebec veut prendre la relève d'Air Canada en Abitibi

Il y a 3 minutes | La Presse Canadienne

Air Creebec concrétise son projet d’augmenter sa desserte aérienne entre Montréal et l’Abitibi.

Bourse: la sous-performance des titres à petite capitalisation tire à sa fin

BALADO. À la sortie des corrections, les rendements potentiels des titres à petite capitalisation sont importants.