La BCE abaisse le taux directeur à un creux historique

Publié le 04/09/2014 à 08:37

La BCE abaisse le taux directeur à un creux historique

Publié le 04/09/2014 à 08:37

Par AFP

Photo Bloomberg.

La Banque centrale européenne (BCE) a pris les observateurs par surprise et abaissé jeudi son principal taux directeur à 0,05%, amenant le loyer de l'argent en zone euro au plus bas niveau de son histoire. 

L'institution monétaire de Francfort a ainsi déjoué les attentes des analystes qui, sans exclure totalement cette éventualité, ne misaient pas véritablement dessus. La BCE avait déjà abaissé son taux directeur six fois depuis 2012, la dernière fois en juin, à 0,15% - déjà un plus bas historique.

Le taux de prêt marginal passe quant à lui de 0,40% à 0,30% et le taux de dépôt, de -0,10% à -0,20%, a précisé le porte-parole.

Dans le sillage de cette annonce, l'euro baissait lourdement face au dollar jeudi.

L'intervention de son président Mario Draghi, qui doit désormais s'adresser comme tous les mois à la presse à 12H30 GMT, est très attendue.

"Nous allons savoir si cette décision était le prélude à une nouvelle intervention de pompier monétaire ou simplement la manière la plus simple d'éviter un programme de rachat d'actifs sans perdre la face", a commenté Carsten Brzeski, analyste chez ING.

Pour les analystes de Capital Economics, la baisse de taux annoncée jeudi est "une étape intermédiaire" avant le dévoilement de mesures supplémentaires dans les mois à venir. 

- Pas de "QE" tout de suite -

Il y a une dizaine de jours, M. Draghi s'était publiquement inquiété d'une dégradation des attentes d'inflation à moyen et long terme en zone euro et dit prêt à "ajuster davantage" la politique monétaire.

Les observateurs avaient vu dans ces propos un signal pour le lancement de nouvelles mesures dites "non-conventionnelles", telles un programme de rachat massif de dette publique ou privée (Quantitative Easing ou QE) comme celui mis en oeuvre aux États-Unis par la Fed.

En août, les premières estimations d'inflation indiquent que la hausse des prix a encore ralenti, à 0,3% sur un an, soit son plus bas niveau depuis octobre 2009 et le onzième mois consécutif sous la barre du 1%. Un niveau très éloigné de l'objectif de la BCE d'un taux légèrement inférieur à 2% à moyen terme.

Les mauvais indicateurs de conjoncture en provenance de la zone euro sont autant d'arguments en faveur d'une action plus vigoureuse de l'institution monétaire. La croissance est restée au point mort dans la région au deuxième trimestre et le nouveau recul de l'inflation en août alimente les craintes de déflation. 

Cependant les experts s'attendent davantage à des paroles durant la conférence de M. Draghi, voire à des annonces de portée limitée, qu'au lancement immédiat d'un programme de rachats d'actifs à grande échelle.

L'Italien sera également attendu au tournant sur les inflexions de politique économique à donner en zone euro, dans laquelle le débat entre tenants de l'orthodoxie budgétaire stricte et avocats d'une ligne plus souple pour faire repartir la croissance a repris de plus belle.

Avant de se lancer dans des rachats de dettes, qui constituent de l'avis de beaucoup la dernière cartouche à disposition de la BCE, les gardiens de l'euro devraient attendre de jauger l'impact des mesures annoncées en juin, et notamment des prêts ciblés et à très long terme (LTRO) censés inciter les banques à prêter davantage aux entreprises. Le premier doit être accordé mi-septembre. 

Si les experts peinent à déchiffrer les intentions concrètes de la BCE lors de la réunion de septembre, un point semble faire l'unanimité: l'institution devrait encore abaisser les prévisions de croissance et d'inflation pour la zone euro, qu'elle avait déjà révisées en juin.

À la une

Comment affronter la pénurie de main-d'oeuvre à long terme

Il y a 38 minutes | Pierre Graff

Plusieurs solutions s’offrent pour régler le problème de main-d’œuvre et hausser la productivité au Québec.

JetBlue renonce à acquérir Spirit Airlines après une décision de justice défavorable

Il y a 8 minutes | AFP

Cela survient quelques semaines après une décision de justice défavorable.

La Chine veut énergiser son économie en déclin

Mis à jour il y a 24 minutes | La Presse Canadienne

Les espoirs d'une reprise forte après la fin des contrôles sanitaires sévères à la fin de 2022 n'ont pas été comblés.