La Banque du Canada laisse son taux directeur inchangé

Publié le 06/03/2019 à 10:02, mis à jour le 06/03/2019 à 10:52

La Banque du Canada laisse son taux directeur inchangé

Publié le 06/03/2019 à 10:02, mis à jour le 06/03/2019 à 10:52

Le bâtiment de la Banque du Canada

La Banque du Canada dévoilait à 10H00 aujourd’hui son nouveau taux cible. Celui-ci est demeuré à 1,75 %. La dernière hausse du taux remonte au 24 octobre 2018, où il avait grimpé de 0,25 point de pourcentage. 

L’institut monétaire d’Ottawa a souligné qu’une nouvelle révision de celui-ci dépendrait de « l’évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et des politiques commerciales mondiales » et en particulier des négociations entre Washington et Pékin.

« Les données récentes portent à croire que le ralentissement de l’économie mondiale a été plus prononcé et plus généralisé que la Banque l’avait prévu » en janvier, a-t-elle écrit dans sa note.

La Banque centrale a souligné que « les tensions concernant le commerce extérieur et l’incertitude (qui en découle, NDLR) pèsent lourdement sur la confiance et l’activité économique » et que « la résolution des conflits commerciaux améliorerait les perspectives de l’économie mondiale ».

Ces tensions commerciales sont liées au vent protectionniste que fait souffler sur l’économie mondiale l’administration américaine du président Donald Trump, avec en particulier des négociations ardues entre les États-Unis et la Chine, scrutées par l’ensemble des marchés.

Au Canada, la Banque « prévoyait un ralentissement temporaire de l’économie à la fin de 2018 et au début de 2019 », principalement en raison de l’effondrement des prix du pétrole, dont ce pays est le quatrième producteur et exportateur mondial.

Or, « au quatrième trimestre, le ralentissement a été plus marqué et plus généralisé que prévu » avec une croissance du Produit intérieur brut (PIB) limitée à 0,4 %, selon des chiffres officiels publiés vendredi dernier.

Pour l’ensemble de 2018, le Canada a enregistré une progression de 1,8 % de son PIB, en baisse par rapport à la croissance de 3 % de 2017.

Fin 2018, « les dépenses de consommation ont été modestes et le marché du logement atone, en dépit de la forte croissance de l’emploi et du revenu du travail », a résumé la Banque du Canada. 

L’institut d’Ottawa avertit donc: « Il semble maintenant que la croissance de l’économie (...) sera plus faible au premier semestre de 2019 que la Banque l’avait prévu en janvier », en disant alors s’attendre à une croissance du PIB de 1,7 % en 2019.

Dans ce contexte, la Banque « estime que les perspectives continuent de justifier un taux d’intérêt directeur qui se situe sous la fourchette neutre ». 

« Étant donné l’incertitude accrue quant au moment des futures hausses de taux, le Conseil de direction surveillera attentivement l’évolution des dépenses des ménages, des marchés pétroliers et des politiques commerciales mondiales », conclut la Banque centrale canadienne.


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre

À la une

Quand la Chine avalera Hong Kong (2)

15/06/2019 | François Normand

ANALYSE - La liberté s'érode tranquillement, et cela représente un risque pour les entreprises et les investisseurs.

Avant la Fed, la Bourse se fige

Mis à jour le 15/06/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le calme en Bourse occulte la fébrilité entourant la prochaine décision de la Fed.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

14/06/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quelles sont les entreprises qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la semaine?