Crise turque: les banques canadiennes sont peu à risque

Publié le 13/08/2018 à 11:24

Crise turque: les banques canadiennes sont peu à risque

Publié le 13/08/2018 à 11:24

Par François Normand

Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan (source: Getty)

La crise monétaire qui ébranle la Turquie ne menace pas vraiment les banques canadiennes, car elles sont peu exposées à ce marché émergent, affirme la Banque Nationale.


Dans une note publiée ce lundi, l’économiste en chef et stratège, Stéfane Marion, souligne que l’exposition des banques étrangères à la Turquie est aussi importante que celle à la Grèce vers 2008, soit le début de la crise qui allait ravager l’économie grecque durant des années.


Mais contrairement aux banques européennes, les banques canadiennes ont une «exposition limitée» au marché turc, comme on peut le constater sur ce graphique.



Cela dit, si la crise devait se propager à l’ensemble des pays émergents, les banques canadiennes et américaines ainsi que la Bourse nord-américaine pourraient peut-être pâtir de cette situation, estiment certains observateurs.


Mais pour l’instant, la Bourse américaine tient le coût.


La Bourse de New York a ouvert en légère hausse lundi, les investisseurs restant prudents face aux remous liés à la crise turque sans toutefois céder à la panique.


L'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, gagnait 0,15% à 25 350,36 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 0,38% à 7 868,71 points. L'indice élargi S&P 500 montait de 0,23% à 2 839,72 points.


Avec La Presse canadienne


 


 


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Goldman reporte à 2020 sa feuille de route

15/04/2019 | AFP

Cette diversification intervient après des résultats en demi-teinte au premier trimestre.

Les prêteurs non traditionnels gagnent du terrain

03/04/2019 | Joanie Fontaine

BLOGUE INVITÉ. Desjardins a émis 42% des prêts hypothécaires octroyés pour l'acquisition d'une propriété en 2018.

À la une

Passionnés et ti-clins de l'immobilier

Édition de Avril 2019 | Daniel Germain

De tous les investisseurs, ceux qui ont du succès dans l'immobilier sont sans doute les vendeurs les plus ardents et ...

Les milléniaux plus riches que les X!

CHRONIQUE. Leurs revenus sont nettement plus élevés. Mais aussi leurs dettes, selon Statistique Canada...

Le Galaxy Fold de Samsung veut révolutionner le marché du sans-fil

BLOGUE. L’inventeur de la phablette veut aussi être crédité pour le téléphone pliable. Ingénieux ou fausse bonne idée?