Privatiser Tesla? Elon Musk en discussion avec le fonds saoudien

Publié le 13/08/2018 à 10:13, mis à jour le 13/08/2018 à 10:56

Privatiser Tesla? Elon Musk en discussion avec le fonds saoudien

Publié le 13/08/2018 à 10:13, mis à jour le 13/08/2018 à 10:56

Par AFP

[Photo: Getty Images]

Elon Musk, l'emblématique PDG de Tesla, a indiqué lundi être en discussion avec le fonds souverain saoudien (PIF) et d'autres investisseurs dont il ne dévoile pas l'identité pour financer le possible retrait de la Bourse du constructeur de véhicules électriques haut de gamme.



Cette annonce du milliardaire intervient après qu'il a déclaré mardi, dans un tweet, avoir «sécurisé» le financement pour cette opération sans toutefois en apporter la preuve.


Face aux spéculations et au scepticisme des marchés, le gendarme de la Bourse, la SEC, a demandé à l'entreprise si l'affirmation de M. Musk était «réelle», et deux financiers ayant spéculé sur la chute boursière de Tesla ont même déposé des plaintes car le titre a flambé après l'annonce, ce qui leur a fait perdre des millions de dollars.


Lundi dans un post de blog, le chef d'entreprise sud-africain indique avoir eu une série de rencontres, dont la première remonte à début 2017, avec des dirigeants de PIF, qui l'ont approché pour lui suggérer l'idée de sortir Tesla de la cote.


«Bien évidemment, le fonds souverain saoudien a plus que les fonds nécessaires pour effectuer une telle transaction», écrit Elon Musk.


Lors d'une dernière rencontre le 31 juillet, le gérant du fonds «a exprimé vigoureusement son soutien pour financer un retrait de la cote de Tesla», assure encore M. Musk, qui a transformé la voiture en un bijou technologique «propre» avec Tesla, fondé en 2003.


LBO écarté?


«J'ai quitté la réunion du 31 juillet sans aucun doute qu'un accord avec le fonds souverain saoudien allait se conclure et que ce n'était qu'une question de procédure. C'est pourquoi j'ai parlé de +financement sécurisé+ dans mon annonce du 7 août», conclut-il.


Il révèle également que le fonds saoudien, qui cherche à trouver d'autres sources de revenus que les hydrocarbures, a acquis récemment une participation au capital de Tesla, qui s'élève à environ 5%.


Elon Musk a par ailleurs apporté des détails lundi sur la nature du montage financier qui serait privilégié par Tesla en cas de transaction.


«La plupart des capitaux requis pour le retrait de la cote viendra des prises de participations plutôt que de la dette, c'est-à-dire que ce ne sera pas un montage classique de rachat par effet de levier auquel ont recours généralement les entreprises quand elles quittent la Bourse. Je ne pense pas que ce serait sage d'alourdir le fardeau de Tesla en augmentant de façon importante sa dette».


Tesla ne prévoit dons pas de s'endetter totalement, alors que ce type de transaction s'effectue la plupart du temps avec de l'argent emprunté massivement auprès des banques (LBO).


Mardi, Elon Musk avait indiqué que l'opération se ferait au prix de 420 dollars par titre, valorisant Tesla à plus de 71 milliards, contre près de 61 milliards actuellement.


Dans l'hypothèse où lui-même garderait sa participation de 20%, il faudrait environ 50 milliards pour finaliser la transaction, calculent des banquiers mais le coût pourrait être moindre si de grands actionnaires décidaient de ne pas céder leurs parts.


M. Musk a anticipé lundi que «deux-tiers» des actionnaires allaient garder leur participations.


À Wall Street, le titre prenait 0,44% dans les premiers échanges lundi.


 


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Bombardier est blanchie par l'AMF, avec une mise en garde

Elle n'a relevé aucune infraction dans le programme ayant permis à des cadres de vendre des actions l'an dernier.

À surveiller: Bombardier, Savaria et CGI

09:01 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Bombardier, Savaria et CGI? Voici quelques recommandations d'analystes.

Bombardier abaisse ses prévision, le titre chute de 15%

Mis à jour le 25/04/2019 | La Presse Canadienne

Le manque à gagner est principalement du côté de la division de matériel roulant.