Beaucoup d'action chez Bombardier


Édition du 18 Avril 2015

Beaucoup d'action chez Bombardier


Édition du 18 Avril 2015

[Photo: Bloomberg]

Les derniers jours ont été fertiles en rebondissements chez Bombardier : changements majeurs à la direction de la division aéronautique, remise en question d'une importante commande ferme d'appareils CSeries, et rumeur de vente ou de fusion de la division transport.

À la division aéronautique, c'est désormais Fred Cromer qui assumera les commandes de l'unité. Il remplace Mike Arcamone, qui part alors que Bombardier aéronautique est aux prises avec une performance financière fortement critiquée et des délais dans la mise en service du CSeries. M. Cromer était au préalable président de l'important locateur d'avions International Lease Finance Corporation.

CSeries : commande problématique

Pendant ce temps, une commande ferme de 32 appareils CSeries CS 300 bat de l'aile. Le magazine Flightglobal rapporte les propos du président d'Illyushin Finance Corp., une société russe, qui dit être actuellement à évaluer toutes ses options à l'égard de cette commande.

Le dirigeant qualifie la performance du CSeries d'«assez spectaculaire», mais il note qu'il fait face à un retard de livraison. Le problème crucial semble cependant résider dans la décision du gouvernement canadien d'ordonner à Exportation et développement Canada de cesser toute forme d'aide financière aux sociétés russes. L'entreprise se retrouve sans financement pour acheter les CSeries commandés.

Au même moment, Reuters rapporte que Bombardier a entrepris des démarches visant à obtenir des liquidités pour sa division transport. Ces démarches pourraient conduire à une fusion, à un essaimage boursier ou à une vente totale.

Quelques analystes ont réagi aux derniers développements.

David Tyerman voit les changements à la direction d'un oeil positif. L'analyste de Canaccord Genuity estime que Mike Arcamone a bien fait progresser le programme CSeries, mais que celui-ci affiche des délais et que la performance financière de la division aéronautique était faible. Il note que son successeur, Fred Cromer, a un important bagage en aéronautique. M. Tyerman juge que l'annulation de la commande russe serait par ailleurs négative et ajouterait vraisemblablement au sentiment d'anxiété qui pèse sur la cadence de commandes de CSeries. Même si sa cible est actuellement à 3,25 $, il estime toujours que le titre de Bombardier pourrait tripler de valeur d'ici la fin de la décennie.

De son côté, Benoit Poirier verrait positivement une vente de la division transport de Bombardier. «Elle générerait un montant significatif de liquidités qui pourrait lui permettre de compléter ses différents programmes [CSeries, Global 7000/8000].» L'analyste de Desjardins Marché des capitaux juge qu'à 5 G$ US, comme le laisse entendre Reuters, la division aéronautique représenterait une valeur de 2,24 $ US par action (2,80 $ CA).

À la une

À surveiller: Open Text, BCE et D2L

09:09 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Open Text, BCE et D2L? Voici quelques recommandations d’analystes.

Investissement Québec renfloue les coffres de Goodfood

L’intervention d’IQ survient à un moment où les finances de la société montréalaise sont sous pression.

Bourse: Toronto évolue dans le rouge à la mi-journée

Mis à jour à 12:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS.Wall Street commence la semaine en repli.