American Express relève ses prévisions

Publié le 20/10/2016 à 10:09

American Express relève ses prévisions

Publié le 20/10/2016 à 10:09

Par AFP

(Photo: 570x380)

L'émetteur de cartes bancaires American Express (AmEx) a réussi à mettre en sourdine mercredi les interrogations sur son avenir en affichant son optimisme pour la fin de l'année, après être parvenu à limiter la casse au troisième trimestre. 

Le groupe new-yorkais, dont la situation fait l'objet de doutes grandissants au fur et à mesure que ses rivaux et les grandes banques lancent des cartes plus avantageuses, a surpris la communauté financière en annonçant relever son principal objectif financier annuel. 

Le bénéfice par action ajusté, qui sert de référence en Amérique du nord, devrait être compris pour l'ensemble de l'exercice 2016 dans une fourchette de 5,90 à 6 dollars contre de 5,40 à 5,70 dollars auparavant.

Les analystes tablent, eux, jusque-là sur 5,51 dollars en moyenne. 

«Une forte discipline et une amélioration de la qualité du crédit nous ont permis d'être en avance sur nos premières prévisions données en début d'année», a expliqué le PDG Kenneth Chenault.

Hormis la prévision, les résultats meilleurs qu'attendu d'AmEx entre juillet et septembre ont été un soulagement pour les investisseurs, qui redoutaient une forte glissade après la fin d'un important partenariat avec le géant de la distribution américain Costco.

Le résultat net n'a diminué que de 9,8% à 1,14 milliard de dollars, ce qui se traduit par un bénéfice par action de 1,24 dollar, nettement mieux que les 96 cents attendus par les marchés. S'il a baissé de 5,1% sur un an, le chiffre d'affaires est également ressorti au-dessus des attentes, à 7,77 milliards de dollars, contre 7,72 milliards escomptés en moyenne.

Costco représentait une carte AmEx sur dix en circulation aux États-Unis, soit 12 millions de comptes, selon les estimations des analystes.

Guerre pour les PME 

AmEx a par ailleurs réussi à réduire ses coûts de 5%, alors qu'il multiplie les initiatives commerciales pour séduire les consommateurs et garder ses clients face à l'offensive de ses rivaux (MasterCard, Discover Financial, Visa) et des grandes banques (JPMorgan Chase et Citigroup) dont les nouvelles cartes offrent des frais de gestion et de prélèvement lors des transactions nettement inférieurs aux siens. 

À terme, le groupe américain mise sur une réduction de la voilure qui passe par des économies d'un milliard de dollars d'ici 2017 et compte également sur une baisse des impayés de ses clients.

Il n'est toutefois pas certain que ces mesures suffisent, selon les experts, pour relancer AmEx, qui perd des parts de marché depuis 2014 et est confronté au mécontentement de commerçants jugeant ses commissions trop élevées.

De 2013 à 2015, Amex est passé de 26,7% à 24% de parts de marché du volume des achats réalisés par les consommateurs américains, calcule l'expert Bill Carcache chez Nomura. Cette dégringolade devrait se poursuivre et atteindre 23,1% cette année, d'autant qu'il a perdu des partenariats avec des compagnies aériennes et d'autres grands groupes.

La banque Citigroup a recupéré le juteux contrat avec Costco, qui lui a déjà permis d'enregistrer l'ouverture de 800 000 comptes en l'espace de trois mois. Quant à JPMorgan, elle s'attaque aux PME, clientèle classique d'AmEx, avec deux cartes spécifiques (Sapphire et Chase Ink) qui offrent d'importants points de fidélité.

Il y a «des craintes que le modèle économique d'AmEx, reposant sur de frais de gestion annuels élevés et des produits avec très peu de points de fidélité, ne soit plus adapté à l'époque actuelle», avance Bill Carcache.

Outre de grandes banques en quête de volumes d'activités en cette période de taux d'intérêt bas, AmEx doit aussi riposter à la multiplication des options de paiement en ligne. Des sociétés comme Paypal et Square proposent aux consommateurs de contourner les cartes bancaires en liant directement leur compte à leurs comptes bancaires.

«Nous mettons l'accent sur le portefeuille des cartes Platinium, qui offrent des services et des récompenses importants», a mis en avant le PDG Kenneth Chenault en rappelant qu'AmEx travaille aussi à augmenter la limite maximum de dépenses autorisées pour les PME.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Warren Buffett: que penser du titre de Kraft Heinz?

Édition du 04 Mai 2019 | Dominique Beauchamp

Les années ont terni certains placements phares de Warren Buffett. Voici l'analyse du titre de Kraft Heinz.

Comment un fervent admirateur de Buffett toise-t-il quatre de ses vieux titres?

Mis à jour le 03/05/2019 | Dominique Beauchamp

Certains vieux titres de Warren Buffett ont bien pâli. Voici ce qu'en pense un admirateur de longue date.

À la une

10 choses à savoir mardi

Utiliser des émojis au travail, ça marche. 60 000 livres en avion pour divertir les enfants. Un parapluie mains-libres!

La marque de Desjardins se relèvera

BLOGUE INVITÉ. Un mois après le scandale, on peut dire que la coopérative a su préserver sa réputation.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

07:01 | LesAffaires.com et AFP

«L'économie reste bien orientée avec des fondamentaux de qualité et des résultats d’entreprises satisfaisants.»