À surveiller: Empire/IGA, Stingray et Walmart

Publié le 19/08/2021 à 08:44

À surveiller: Empire/IGA, Stingray et Walmart

Publié le 19/08/2021 à 08:44

Par Dominique Beauchamp

La Financière Banque Nationale prévoit un déclin des ventes comparables et du bénéfice du proprio d'IGA au premier trimestre. (Photo:123rf)

Que faire avec les titres de Empire/IGA, Stingray et Walmart? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Empire/IGA (EMP.A, 41,31$): déclin du bénéfice prévu au premier trimestre

Le retour à la normale des habitudes de consommation après le confinement affaiblira les résultats comparatifs du premier trimestre du propriétaire de Sobeys, IGA, Farm Boy, FreshCo et Longo’s, attendus le 9 septembre.

Le déclin de 2,5% des ventes par épiceries comparables devrait entraîner une baisse du bénéfice de 3% à 0,69$ par action, prévoit Vishal Shreedhar, de la Financière Banque Nationale. L’analyste rappelle qu’un an plus tôt, ces ventes trimestrielles avaient bondi de 11%, au plus fort de la pandémie.

«À mesure que la reprise évolue, la performance financière de tous les épiciers dépendra de l’assouplissement régional des restrictions sanitaires et du comportement des consommateurs et aussi des initiatives respectives pour protéger leur part de marché», explique l’analyste.

Le projet Horizon d’Empire qui vise à accroître les revenus, à optimiser les promotions, à accélérer le commerce en ligne et à ajouter 500 millions de dollars au bénéfice d’exploitation annuel d’ici la fin de 2023, continuera à donner des résultats, mais ils seront moins visibles en 2022 à cause du retour à la normale du rythme des ventes comparables, prévient aussi Vishal Shreedhar.

Empire profitera moins que ses concurrents de la reprise des ventes dans les épiceries au rabais et en pharmacie, deux segments moins représentés dans le groupe.

En ce qui a trait à l’inflation alimentaire, ses rivales Metro (MRU, 63,43$) et Loblaw (87,77$) n’ont pas signalé de surchauffe jusqu’à maintenant bien que les prix augmenteront au cours des prochains trimestres. Historiquement, l’inflation des aliments bénéficie aux épiciers qui refilent une partie de la hausse de leurs coûts d’approvisionnement aux clients, signale l’analyste.

Bien que les perturbations de la COVID-19 nuiront au parcours de croissance à court terme, l’analyste maintient sa recommandation d’achat, car l’épicier bien établi récoltera ultimement les bénéfices du projet Horizon et pourrait même dépasser ses objectifs à plus long terme.

Son cours-cible de 46$ repose sur un multiple de 8 fois le bénéfice des activités de commerce au détail auquel il ajoute la valeur des autres actifs de la société de portefeuille Empire.

Stingray (RAY.A, 7,49$): le distributeur de services de musique mise sur les acquisitions et les rachats

Sur le même sujet

Malgré les «Facebook Papers», le réseau social attend de bons résultats financiers

Il y a 23 minutes | AFP

Jusqu'à présent, les déboires de Facebook dans la presse les ont laissés de marbre.

Volvo Cars en Bourse: le prix de l'action fixé à 5,3 euros

13:54 | AFP

Le prix correspond au bas de la fourchette annoncée la semaine dernière (entre 53 et 68 couronnes par action).

OPINION Titres en action: Restaurant Brands, Hertz, Tesla, PayPal, ...
11:43 | AFP et La Presse Canadienne
Bourse: Wall Street progresse et le bitcoin continue sa hausse
Mis à jour à 12:07 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi
Mis à jour à 08:00 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Merci Carey!

BLOGUE INVITÉ. Protégez-vous et votre entreprise en imaginant comment un concurrent pourrait exploiter vos faiblesses.

Les promesses de la «DeFi», entre rêve cryptoanarchiste et révolution fintech

LES CLÉS DE LA CRYPTO. La finance peut-elle se passer des mécanismes traditionnels?

Cryptomonnaie: Hydro-Québec met fin à des activités de vol d'électricité

Hydro-Québec affirme traiter près de 400 dossiers liés à la subtilisation d’électricité chaque année.