À surveiller: Dollarama, Cominar et Transcontinental

Publié le 21/06/2018 à 07:50

À surveiller: Dollarama, Cominar et Transcontinental

Publié le 21/06/2018 à 07:50

Par Dominique Beauchamp

(Photo: LesAffaires.com)

Que faire avec les titres de Dollarama, Cominar et Transcontinental? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Dollarama (DOL, 52,86$): un regain un peu trop rapide pour le détaillant chouchou

Après le gain rapide de 6% depuis le 1er juin, Neil Linsdell, d’Industrielle-Alliance Valeurs mobilières, ne recommande plus l’achat du détaillant favori du milieu financier.

Sa croissance et ses perspectives restent bonnes, mais son évaluation est redevenue élevée.

«Sa croissance constante, ses marges solides et durables, un excellent contrôle des coûts et le rachat régulier d’actions en ont fait une coqueluche des investisseurs, mais son titre est pleinement évalué», écrit l’analyste.

Le détaillant performant mérite certainement une évaluation supérieure à la fourchette de 7 à 13 des autres détaillants, mais le multiple actuel 19,3 fois le bénéfice d’exploitation projeté en 2020 représente déjà une forte plus-value, dit-il.

L’action de Dollarama a bondi de 28% depuis un an, mais son cours reste inférieur au sommet de 56,43$ atteint le 26 janvier, qui correspond d’ailleurs au record des Bourses.

Cominar (CUF.UN, 12,56$): le fonds immobilier gagne un nouvel admirateur


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

Sur le même sujet

À la une

Suspension des importations de porc en Chine: Banque Nationale fléchit

Il y a 43 minutes | Dominique Beauchamp

La Banque Nationale s'incline un peu plus que ses rivales parce que 45% du porc canadien est produit au Québec.

Porc québécois en Chine: Legault n'exclut rien

Il pourrait lui aussi imposer des représailles commerciales.

Porc: le Canada enquête sur des faux certificats d'exportation vers la Chine

13:00 | AFP

« Nous cherchons à savoir pourquoi c’est arrivé, à qui cela profite», explique le ministre Carr.