Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

Publié le 29/05/2020 à 16:35

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

Publié le 29/05/2020 à 16:35

BLOGUE INVITÉ. Nous traversons une crise sanitaire sans précédent qui se traduit par une crise économique exceptionnelle. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines. Même pendant la Grande Dépression des années 1930.

Pourtant, alors que les marchés boursiers nord-américains accusaient des reculs de plus de 30% par rapport à leur sommet, certains titres boursiers ont non seulement bien résisté à la baisse, mais ils atteignent aujourd’hui des sommets historiques. Voilà la définition d’un titre réellement défensif.

Je vous donne deux exemples de telles sociétés: Metro («MRU») et Dollar General («DG»), deux titres que nous possédons dans nos portefeuilles sous gestion.

Comme vous le savez, Metro est une des principales chaînes d’épiceries au Canada. À mon avis, c’est probablement la société la mieux gérée du secteur au Canada, possiblement en Amérique du Nord. Or, pendant la crise, les ventes de Metro ont explosé à la hausse. À son plus récent trimestre, qui a pris fin le 14 mars dernier (on parle donc de près de deux semaines touchées par la pandémie pour la période), les ventes par épiceries comparables de Metro ont augmenté de 9,7%.

De plus, lors de la conférence téléphonique qui a suivi la publication de ces résultats, la direction a indiqué que les ventes par magasins comparables ont enregistré une progression de 25% durant le mois qui a suivi la fin du plus récent trimestre. En dépit de dépenses plus élevées en raison des normes sanitaires imposées par le gouvernement, les bénéfices par action se sont élevés à 0,69$ au trimestre, en hausse de 20,4% par rapport à un an plus tôt.

Dans le communiqué annonçant ces résultats, M. Eric La Flèche, président et chef de la direction de Metro, a écrit: «À titre de leader en alimentation et en pharmacie, nos équipes se consacrent pleinement à combler les besoins essentiels de nos clients de manière sécuritaire et responsable.»

Quant au cours du titre, voici comment il a évolué depuis le début de l’année par rapport à l’indice boursier canadien (S&P/TSX):

 

 

Depuis le début de 2020, le titre de Metro est en hausse de 5,5% comparativement à une baisse de 10,4% pour l’indice canadien. Vous remarquerez aussi que le titre a surtout bien fait lorsque l’indice canadien a le plus durement chuté, au début de la pandémie.

Le 23 mars, alors que l’indice canadien perdait quelque 30% de sa valeur, le titre de Metro accusait un recul de seulement 3,3% depuis le début de 2020. Vous noterez aussi que le titre de Metro a beaucoup moins bien fait à partir du moment où le marché boursier a commencé à rebondir des bas-fonds.

Dollar General, une société américaine dont la capitalisation boursière atteint près de 46 G$ US, est une chaîne de plus de 16000 magasins aux États-Unis. À l’instar de Dollarama, les magasins de Dollar General offrent des marchandises à prix modiques, mais la différence est que son offre est en grande partie axée sur les aliments. De plus, les magasins de Dollar General sont généralement localisés dans des quartiers moins nantis ou en région rurale.

La société vient tout juste de publier ses résultats pour le trimestre clos le 1er mai dernier. La période nous procure donc une bonne idée de l’impact de la pandémie sur ses résultats. Or, pour la période, les ventes par magasins comparables ont bondi d’un impressionnant 21,7% par rapport à un an plus tôt et les bénéfices par action affichent une progression de 73,0%.

Commentant ces résultats, le président de la société a dit: «En tant qu’un des détaillants essentiels en Amérique, nous croyons que notre réseau unique de magasins nous positionne bien pour continuer à offrir valeur et proximité à nos clients, surtout pendant une période où ils en ont particulièrement besoin.»

Voici un aperçu de l’évolution du titre de Dollar General depuis le début de 2020 en comparaison à l’indice américain S&P 500:

 

 

 

Vous constaterez que le titre de Dollar General est en hausse de 16,6% depuis le début de l’année alors que l’indice S&P 500 accuse un recul de 5,3%. Au pire de la baisse, le 23 mars dernier, le titre était en baisse de près de 10% depuis le début de 2020 comparativement à une chute de plus de 30% pour l’indice américain.

Ces deux titres sont d’excellents exemples de titres dits «défensifs». Même dans les conditions économiques les plus difficiles, les gens doivent continuer à manger et plusieurs favoriseront les magasins à escompte.

Dans la construction d’un portefeuille bien diversifié, un investisseur devrait à mon avis chercher à avoir une bonne proportion de son portefeuille dans des titres défensifs. Toutefois, il ne devrait pas détenir uniquement ce genre de titres car ils ont tendance à faire beaucoup moins bien lorsque l’économie se porte bien et que les marchés boursiers sont à la hausse. C’est le secret d’une saine diversification.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Sur le même sujet

Blogues similaires

Que disent l'emploi et d'autres signaux pour la suite en Bourse?

BLOGUE. L'emploi est un indicateur contraire parce que le chômage ne peut que s'améliorer après une récession.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?