Olivier Schmouker - Êtes-vous si libre que ça?

Publié le 20/07/2011 à 09:11, mis à jour le 22/07/2011 à 13:35

Olivier Schmouker - Êtes-vous si libre que ça?

Publié le 20/07/2011 à 09:11, mis à jour le 22/07/2011 à 13:35


Quelle conséquence pour la notion de libre arbitre? Si l’on considère l’hypothèse d’Everett comme exacte, alors, dans la mesure où tous les futurs possibles (possibles selon les lois de la physique quantique, ce qui ne signifie pas tous les futurs imaginables) se produisent et où chaque observateur situé dans l’un de ces univers improprement nommés «parallèles» a l’impression d’être le seul, il n’y a plus de libre arbitre envisageable. Chaque observateur se trompe du fait qu’il se croit seul : il ignore qu’un autre événement se produit simultanément ailleurs, de manière contraire ou complémentaire.


Maintenant, certains traiteront cette hypothèse de farfelue. Mais, une telle approche n’est pas unique, loin de là. On la retrouve chez plusieurs philosophes contemporains, à l’image de l’Américain Daniel Dennett. Ce dernier, dans son ouvrage intitué La Conscience expliquée (Odile Jacob, 1993), propose une théorie de la conscience qu'il baptise «modèle des versions multiples» (multiple draft model). Des actions simples comme «élaborer la prochaine phrase que l'on va énoncer» ou «faire un choix» ne sont en réalité, selon lui, qu'un résultat obtenu au terme d'une «compétition darwinienne», soit d’une chaude lutte entre plusieurs cheminements d’informations rivales de laquelle il ne ressort qu’un gagnant, le plus fort. Il s'oppose en cela à ce qu'il appelle le «théâtre cartésien», qui est l'idée largement répandue qu'il y aurait un endroit dans le cerveau qui correspondrait au siège de la pensée où une sorte d’homoncule — le fameux démon qui susurrait à l’oreille de Socrate — recevrait les informations issues de nos cinq sens, prendrait une décision et déclencherait une action.


Mais voilà, si nous ne sommes pas si libres que cela de nos faits et gestes, si nous sommes aussi beaucoup plus prévisibles que ce qu’on croit, qu’en est-il de nos décisions prises au travail? Ne faisons-nous, en bout de ligne, que semblant de choisir, alors que nos options sont en réalité nulles, ou réduites à peu de choses?


Tenez-vous bien, des chercheurs se sont justement penchés sur cette interrogation existentielle. Ils ont regardé quel était l’impact sur nous lorsque nous réalisons que le libre arbitre n’est vraisemblablement qu’une illusion.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

8 questions à se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

Blogues similaires

Suivi: Republik a-t-elle réussi à choisir ses clients?

10/05/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Republik a affirmé ne vouloir que des clients à impact sociétal positif. Voici les péripéties qui ont suivi.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...