Êtes-vous vraiment capable d'évaluer un employé?

Publié le 14/12/2012 à 09:09, mis à jour le 20/12/2012 à 14:08

Êtes-vous vraiment capable d'évaluer un employé?

Publié le 14/12/2012 à 09:09, mis à jour le 20/12/2012 à 14:08

Une idée qui en vaut d'autres pour évaluer autrui... Photo: DR

BLOGUE. Ma collègue Dominique Beauchamp m'a fait part d'une belle trouvaille de sa part : une étude sur la capacité que nous avons tous d'évaluer autrui, c'est-à-dire de décoder les points forts et les points faibles de ceux qui nous entourent. Une étude qui s'adresse notamment aux managers, dont l'une des qualités premières doit être d'estimer les forces et les faiblesses des membres de leur équipe. Une étude on ne peut plus d'actualité, en cette période d'évaluations de fin d'année.

Découvrez mes précédents billets

Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter

Cette étude, qui date de 2004 mais n'a rien perdu de sa pertinence, est intitulée Mind-reading and metacognition: Narcissism, not actual competence, predicts self-estimated ability. Elle est signée Daniel Ames, professeur de management à la Columbia Business School (États-Unis), et Lara Kammrath, à l'époque collègue à Columbia de M. Ames et, depuis, devenue professeure de psychologie à l'Université Wake Forest (États-Unis). Et il en ressort essentiellement qu'évaluer autrui avec justesse est une chose on ne peut plus complexe, pour ne pas dire impossible à réussir la plupart du temps…

Ainsi, les deux chercheurs ont demandé à 143 étudiants en MBA d'effectuer l'Interpersonal Perception Task-15 (IPT-15), qui est destinée à estimer les capacités d'une personne à évaluer ce que pensent et ressentent les autres. Le principe est simple : les participants regardent différents courts-métrages réalistes à la télévision, et doivent pour chacun d'eux indiquer sur papier leur analyse de la situation. Par exemple, ils doivent dire lequel des deux personnages est le boss de l'autre, ou encore si la personne qui a parlé dans un long monologue disait, ou non, la vérité.

Puis, ils ont dû remplir un questionnaire détaillé visant à les faire s'auto-évaluer en matière de relations interpersonnelles. Le questionnaire tournait autour de cinq caractéristiques, à savoir : le contrôle de soi, l'extraversion, le narcissisme, l'estime de soi et la sociabilité.

L'idée derrière tout ça? Regarder dans quelle mesure les participants étaient à même d'évaluer les autres, et surtout, identifier les éventuels biais qui les empêchaient d'y parvenir adéquatement. Ce qui leur a permis de faire de belles découvertes…

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Sur le même sujet

La collaboration transversale : un atout encore peu maîtrisé

BLOGUE. Avez-vous déjà proposé aux départements de votre organisation de collaborer sur un projet ? ...

L'immense et désespérante solitude des RH

19/08/2019 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Les employés ont une méconnaissance crasse de ce que font les RH, selon une étude. À qui la faute?

Blogues similaires

Voici la première Québécoise certifiée pour enseigner Brené Brown

08/08/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. Après 50M vues de son TED Talk sur la vulnérabilité, Brené Brown se lance dans la coaching d'entreprise.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...