Comment redonner le sourire à vos employés?

Publié le 14/03/2014 à 07:09

Comment redonner le sourire à vos employés?

Publié le 14/03/2014 à 07:09

Quoi de plus beau qu'un sourire? Photo: DR

Impossible d'atteindre un objectif sans motivation. C'est là une évidence. Le hic, c'est qu'on ne sait jamais comment s'y prendre pour motiver les uns et les autres quand cela est nécessaire, par exemple lorsque notre équipe se doit de viser une cible qui lui est imposée par la haute-direction sans avoir été vraiment consultée au préalable. Faut-il faire miroiter une prime? Ou plutôt miser sur un discours emballant? Difficile à dire…

Découvrez mes précédents billets

Rejoignez-moi sur Facebook et sur Twitter

Mon livre : Le Cheval et l'Âne au bureau

D'où ma joie lorsque je suis tombé sur une étude intitulée Does job satisfaction influence organizational citizenship behavior? An empirical study in selected 4-star hotels in Jakarta, Indonesia. Celle-ci est signée par : Samuel Anantadjaya et Dea Prasetyawati, tous deux professeurs à la Faculté de gestion des affaires et de lettres de l'Université Germano-Suisse à BSD City (Indonésie); et Arif Budiman, dirigeant du bureau de Jakarta (Indonésie) de l'Admiral Markets Group, une firme spécialisée dans le courtage sur le Forex (le marché des changes). Et elle indique des moyens intéressants de rendre des employés plus heureux et plus efficaces dans leur travail. Rien de moins.

Ainsi, les trois chercheurs indonésiens se sont intéressé à un concept de management qui date des années 1970, l'Organizational Citizenship Behavior (OCB), que l'on peut sommairement présenter comme un outil visant à évaluer la "performance contextuelle" d'un employé. La performance contextuelle? Il s'agit grosso modo de l'évaluation du comportement adopté par l'employé pour atteindre ses objectifs, compte tenu de deux éléments fondamentaux – d'une part, les résultats obtenus par l'employé; d'autre part, le contexte dans lequel celui-ci évolue. L'idée est dès lors que tout bon employé se doit de se comporter comme tout bon citoyen au sein de la société.

Bien entendu, il existe plusieurs définitions de l'OCB. L'une des plus communes considère qu'il se compose essentiellement de trois éléments :

> Civilité. C'est le signe que l'employé a du savoir-vivre et se soucie réellement du bien-être de ses collègues.

> Conscience professionnelle. C'est le signe que l'employé a à cœur de bien faire son travail, dans le respect des valeurs de l'entreprise.

> Résilience. C'est le signe que l'employé sait plier pour ne pas rompre, et donc sait, entre autres, faire face aux coups durs.

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Le système fédéral de crédits compensatoires pour les GES est lancé

Selon les militants écologistes, tout cela n’est qu’un moyen de permettre aux industries de continuer de polluer.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...