Pandémie: des programmes qui font du tort aux personnes qu'ils sont censés aider

Publié le 27/01/2022 à 16:30

Pandémie: des programmes qui font du tort aux personnes qu'ils sont censés aider

Publié le 27/01/2022 à 16:30

Les familles avec enfants, ainsi que les travailleuses et travailleurs à faible revenu seront touchées par les lacunes de ce nouveau programme. (Photo: 123RF)

COURRIER DES LECTEURS. Un texte d'Elizabeth Mulholland, cheffe de la direction de Prospérité Canada

À l’heure où le variant Omicron menace de donner lieu à la pire vague de COVID-19 que nous ayons connue jusqu’ici, un nouveau programme plus ciblé, la Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement (PCTCC), vient d’être institué afin de venir en aide aux Canadiennes et Canadiens qui seront touchés en cas de confinement. 

Voilà qui est fort bien, mais il est à espérer que nous aurons su tirer des leçons de l’épisode de la Prestation canadienne d’urgence (PCU), et que nous éviterons de transformer cette nouvelle bouée de sauvetage en un boulet financier pour les personnes en situation précaire.

Lorsque le gouvernement fédéral a pris l’audacieuse décision de mettre en place la PCU, au début du premier confinement lié à la COVID-19, il savait que des complications n’allaient pas manquer de survenir. De fait, certains demandeurs se sont avérés non admissibles à la PCU et des personnes à faible revenu, dont la situation financière avait été temporairement améliorée grâce à la PCU, ont par la suite subi une baisse de leurs prestations fédérales ou vu ces prestations suspendues. Malgré ces craintes, le gouvernement a décidé d’aller de l’avant, avec l’appui d’une très grande majorité de la population canadienne.

On pourrait néanmoins reprocher au gouvernement de ne pas avoir su parer aux incidences préjudiciables du programme sur les Canadiennes et Canadiens à faible revenu. Des centaines de milliers de bénéficiaires de la PCU vivant sous le seuil de la pauvreté se sont retrouvés avec une énorme dette qu’ils ne pourront jamais arriver à rembourser, ou se sont vu soudainement couper ou amputer leur pension de vieillesse.

Les personnes aînées ainsi que les étudiantes et étudiants ont été les premiers à faire les frais des lacunes du programme, mais en 2022, ce sera au tour des familles avec enfants et des travailleuses et travailleurs à faible revenu. En effet, l’admissibilité à l’allocation canadienne pour enfants, à l’allocation canadienne pour les travailleurs et au crédit pour la TPS/TVH ainsi que les montants accordés sont établis à partir du revenu de l’année 2021, et aucune mesure n’a été prise pour soustraire de ce calcul les sommes versées temporairement au titre de la PCU et de la PCRE. Par conséquent, de nombreuses familles dans le besoin verront leurs prestations fédérales diminuer ou cesser complètement sans préavis, dans un contexte où le coût de la vie augmente de façon exponentielle.

La ministre des Finances, Mme Chrystia Freeland, a récemment annoncé la mise en place de mesures de soutien financier destinées aux personnes aînées ainsi qu’aux étudiantes et étudiants ayant été durement éprouvés par la pandémie. Cependant, il faudra faire davantage pour empêcher que ces mesures aient encore une fois des conséquences néfastes sur les ménages en situation précaire.

Des solutions doivent être proposées pour que d’autres prestataires ne soient pas privés des importants revenus dont ils ont besoin pour payer leur loyer et nourrir leur famille. Il faudrait également accorder une remise de la dette associée à la PCU ou à la PCRE aux personnes vivant sous le seuil de la pauvreté et consentir un allègement aux ménages à revenu modeste, proportionnellement à leur revenu. Mais surtout, il faudrait éviter que la nouvelle Prestation canadienne pour les travailleurs en cas de confinement constitue une source de difficultés inattendues pour les prestataires.

Les prestations versées du fait de la pandémie ont toutes un but commun : assurer un revenu minimal garanti aux travailleuses et travailleurs qui ont subi une perte d’emploi ou de revenus et leur permettre de rester à la maison en toute sécurité, si les circonstances l’exigent.

Ces programmes se sont révélés extrêmement efficaces et ont été un véritable cadeau du ciel pour des millions de Canadiennes et Canadiens, et il faut poursuivre dans cette voie. Assurons-nous toutefois de faire les quelques pas supplémentaires nécessaires pour qu’ils demeurent la solution audacieuse, novatrice et empreinte de compassion que le gouvernement a initialement voulu qu’ils soient.

La population canadienne est reconnue pour l’importance qu’elle accorde à l’entraide; il importe d’honorer cette tradition. 

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Les apiculteurs réclament une aide d’urgence pour compenser la mortalité des abeilles

Mis à jour le 18/05/2022 | La Presse Canadienne

Les membres des Apiculteurs et des apicultrices du Québec ont enregistré, en moyenne, une mortalité de 60%.

Le Canada accorde une aide de 229 M$ pour les victimes de la guerre en Syrie

Le régime Assad est soutenu par le président russe Vladimir Poutine, qui a fourni de l’aide militaire au régime syrien.