Femmes en TI: bien plus qu'une cible des ressources humaines

Publié le 08/03/2021 à 07:00

Femmes en TI: bien plus qu'une cible des ressources humaines

Publié le 08/03/2021 à 07:00

«Nous devons nous assurer que les femmes bénéficient de l’encouragement et du soutien nécessaire pour en profiter», écrit Lise Lapointe, PDG et fondatrice de Terranova Security. (Photo: courtoisie)

Un texte de Lise Lapointe, PDG et fondatrice de Terranova Security

COURRIER DES LECTEURS. Il y a deux décennies, lorsque je suis devenue présidente et PDG de Terranova Security, le nombre de femmes qui travaillaient dans le domaine de la cybersécurité était plutôt faible.

Quand j’assistais à des événements de l’industrie, les participantes se comptaient sur les doigts d’une seule main. Maintenant, même si le secteur de la cybersécurité est plus diversifié que jamais, les femmes occupent toujours moins du quart (24 %) des emplois totaux.

Pour les femmes qui envisagent une carrière en cybersécurité, aujourd’hui est le meilleur moment pour se lancer. Le Canada devra combler des milliers d’emplois en cybersécurité dans les prochaines années. Simultanément, aux États-Unis, le Bureau of Labor Statistics prévoit une augmentation de 31 % des emplois en cybersécurité d’ici 2029, nettement supérieure à la moyenne nationale de 4 %.

L’opportunité est là. Nous devons nous assurer que les femmes bénéficient de l’encouragement et du soutien nécessaire pour en profiter.

Comme pour la plupart des changements importants dans le monde des affaires, la transformation doit venir d’en haut. Les entreprises des secteurs de la cybersécurité et des technologies de l’information (TI) peuvent facilement se démarquer en faisant de la diversité et de l’intégration des talents féminins une priorité. Le changement doit aussi se refléter au-delà d’ambitieux indicateurs établis par les ressources humaines. Pour bénéficier de ce potentiel inexploré, la culture organisationnelle doit encourager les idées nouvelles et être à l’écoute des différentes voix et perspectives.

Afin de favoriser l’épanouissement de cette culture, il est important que les dirigeants connaissent et admettent les écarts existants en matière de diversité. La proactivité est la clé. Il ne suffit pas de simplement échanger avec les femmes sur les défis et barrières qu’elles peuvent vivre à l’intérieur de l’organisation. Il faut également s’informer sur les obstacles qu’elles rencontrent dans l’industrie de la cybersécurité en général. Une fois ces renseignements recueillis, les organisations doivent les prendre au sérieux et aborder les problématiques identifiées.

La valorisation des femmes ne devrait pas non plus se limiter aux sphères professionnelles. Cela doit commencer dans les écoles, où beaucoup de jeunes femmes n’ont pas conscience des opportunités qu’une carrière dans le domaine des sciences, technologies, ingénieries et mathématiques (STIM) peut leur offrir. Les établissements universitaires peuvent, avec l’aide de chefs de file en cybersécurité et d’autres entreprises de haut niveau, contribuer à établir ces liens et à inspirer des femmes talentueuses à considérer des voies qu’elles n’auraient pas cru possibles. Il s’agit de leur faire prendre conscience de leurs capacités et de leur faire savoir que oui, elles peuvent y arriver.

La pièce finale, mais essentielle, de ce casse-tête est le mentorat. Qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, un bon mentor peut guider et encourager les jeunes femmes tout au long de leur cheminement de carrière. C’est aussi un moyen fantastique pour accélérer le processus d’apprentissage et encourager la formation de femmes leaders en leur accordant un espace pour trouver leurs voies.

À toutes les femmes qui travaillent dans le domaine des technologies : n’hésitez pas à chercher un mentor. Parfois, un simple coup de fil ou courriel suffit pour établir une relation de mentorat durable.

Chez Terranova Security, plus de la moitié des employés sont des femmes. Ma talentueuse équipe de direction est composée à 70 % de femmes. Je crois fermement que cette diversité au sein de l’organisation est essentielle. Elle apporte de nouvelles idées et de la créativité autour de la table et permet de concevoir des produits en gardant à l’esprit la meilleure expérience possible pour le client.

Les entreprises du domaine de la cybersécurité et des technologies de l’information (TI), de même que d’autres organisations à travers le monde, doivent encourager la diversité et l’utiliser comme tremplin pour les employées actuelles et futures.

À toutes les femmes qui souhaitent faire le saut dans le monde de la cybersécurité ou des TI, rappelez-vous que les opportunités sont infinies. Notre mission n’a pas d’échéance ou d’objectifs déterminés. Il s’agit de faire des efforts constants et tout le monde peut jouer un rôle, en commençant par la direction et les gestionnaires.

Il reste encore beaucoup de travail à faire, mais je suis convaincue que les perspectives pour les femmes qui recherchent une carrière épanouissante dans le domaine des STIM n’ont jamais été aussi favorables. Notre rôle est de nous assurer qu’elles continuent à s’améliorer avec le temps, et particulièrement pendant la décennie à venir.

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Conseil d'administration Royaume-Uni: les femmes payées 73% moins

23/08/2021 | AFP

Cet écart est bien plus élevé que dans le reste du marché du travail, révèle une étude.

Ottawa dédie 1,05 M$ pour les femmes entrepreneurs

Si la COVID-19 a touché tous les Canadiens, «les femmes ont été touchées de façon disproportionnée», a dit Mme Freeland.