Raefer Wallis veut sortir l'immobilier de l'âge médiéval

Publié le 27/04/2021 à 14:16

Raefer Wallis veut sortir l'immobilier de l'âge médiéval

Publié le 27/04/2021 à 14:16

Raefer Wallis

«L’immobilier a fait un travail extrêmement médiocre pour favoriser une culture de l’innovation», indique Raefer Wallis, fondateur et PDG de GIGA. (Photo: courtoisie)

BLOGUE INVITÉ. Ayant grandi dans les Cantons-de-l’Est, Raefer Wallis, fondateur et PDG de GIGA, a développé la volonté de toujours améliorer son environnement. Cette mission est précisément ce qui a donné naissance à son entreprise, qui se consacre à l’amélioration des normes de construction.

« La culture dans laquelle j’ai grandi soulignait l’importance de laisser un site dans un meilleur état que lorsque vous l’avez trouvé, dit M. Wallis. J’ai fini par poursuivre mes études en architecture et par me concentrer sur la construction durable, dans tous les sens du terme. Je voulais explorer la manière par laquelle l’architecture pouvait être utilisée pour réparer nos environnements endommagés. »

L’intérêt de M. Wallis pour la création d’espaces de vie plus sains a commencé dès son plus jeune âge. Avant même de développer une fascination pour l’architecture, il avait commencé à remarquer la présence de substances nocives dans notre environnement, notamment dans les bâtiments.

« Je suis sensible aux produits chimiques, dit M. Wallis. Je me souviens avoir touché une surface couverte de térébenthine fraîche quand j’étais enfant et avoir senti mon bras se figer, et m’être senti malade après avoir joué au golf à cause des produits chimiques. Je me suis demandé : “Pourquoi laissons-nous entrer ces produits dans nos maisons ? Pourquoi les répandons-nous à l’extérieur ?” La prise de conscience a vraiment eu lieu lorsque j’ai commencé à travailler dans le milieu de la construction. C’est alors qu’il est devenu évident que la plupart des bâtiments présentent des risques pour la santé. » 

Après avoir travaillé dans le secteur de la construction pendant un an, M. Wallis a étudié l’architecture à l’Université McGill. Le fait d’avoir passé du temps sur le terrain au préalable a rendu son parcours académique d’autant plus significatif pour lui : il comprenait les lacunes actuelles de l’industrie qui devaient changer. 

Après l’obtention de son diplôme, il a assumé son premier rôle d’architecte en chef et de designer d’intérieur dans une entreprise à Shanghai. La compagnie était la meilleure en matière de durabilité et de santé en Chine et pourtant les autres membres de l’entreprise demandaient régulièrement à M. Wallis et à son équipe des conseils sur le choix des matériaux de construction appropriés, ce qui l’a conduit à créer GIGA.

« GIGA est une entreprise motivée par sa mission qui développe des normes de construction et des logiciels de nuage, dit M. Wallis. Nous nous concentrons sur la santé et la durabilité dans l’immobilier ou, en utilisant les mots à la mode actuels, les métriques ESG axées sur les données pour l’immobilier. »

Les objectifs de l’entreprise sont répartis en deux programmes clés qui traitent les principaux problèmes auxquels sont confrontés les secteurs de l’architecture et de la construction aujourd’hui.

« Le premier projet s’appelle ORIGIN, et c’est maintenant le plus grand hub de données sur les matériaux de construction au monde, axé spécifiquement sur la santé, la sécurité et la durabilité, explique M. Wallis. Il connecte les utilisateurs aux sources de données sur les performances de ces matériaux, soit les rapports d’essai et les certifications, garantissant que les données sont exactes et n’ont pas été falsifiées. Nous mettons ensuite ces données à la disposition d’outils logiciels spécialisés et de bibliothèques numériques. Grâce à cela, nous dirigeons la plus grande collaboration au monde de cabinets de conception et de maîtres d’ouvrage spécialisés dans ce domaine. » 

Si les utilisateurs peuvent accéder à la richesse des informations disponibles via ORIGIN, une deuxième étape est nécessaire pour qu’ils soient certifiés en tant que développeurs qui respectent les exigences ESG. C’est le rôle de l’offre RESET de GIGA. Avec la combinaison de ces deux programmes, ORIGIN et REST, GIGA a élaboré une recette du succès qui élimine les incertitudes quant à la sécurité réelle des bâtiments et des villes dans lesquels nous vivons. 

« RESET est un programme de normes et de certification des bâtiments axé sur la technologie du nuage, explique M. Wallis. Nous évaluons la santé et la durabilité des biens immobiliers en temps réel via des capteurs. Nous évaluons également le profil ESG du bâtiment en fonction de ses matériaux de construction : pensez-y, c’est comme une cartographie de l’ADN des bâtiments. Cette partie de RESET s’appuie sur le hub d’information d’ORIGIN. »

Afin de pousser les acteurs du secteur à travers le monde à soutenir différentes facettes de la santé de l’immobilier, qu’il s’agisse de la neutralité carbone ou de la non-toxicité, le programme RESET de GIGA a établi une nouvelle norme vers laquelle ces entreprises peuvent tendre. L’immobilier étant un marché qui a longtemps négligé de se consacrer spécifiquement à la santé et à la durabilité, l’entreprise crée des repères qui l’aideront à se diriger dans la bonne direction.

« La stratégie est fondée sur la façon dont nous créons à la fois la demande et l’offre, dit M. Wallis. RESET a été créé spécifiquement parce qu’il y avait un manque de leadership et de vision sur le marché. C’est un moteur de la demande. »

La pandémie actuelle a mis en évidence les faiblesses de nombreux secteurs d’activité, soulignant qu’en se préparant à l’inattendu et en se consacrant au bien-être des personnes et de la planète, on peut créer des entreprises à la fois résilientes et adaptables.

« Cela fait des décennies que je dis que le secteur de l’immobilier est coincé à l’âge médiéval, déplore M. Wallis. Même le secteur bancaire est plus innovant. L’immobilier a fait un travail extrêmement médiocre pour favoriser une culture de l’innovation. Ce qui est clair, c’est que l’innovation doit venir en premier. Cela ne veut pas nécessairement dire une transformation massive du jour au lendemain, mais l’innovation doit agir en tant qu’éclaireur à l’horizon qui vous garde vigilant et vous permet d’anticiper. Le secteur de l’immobilier a été durement touché et, à bien des égards, il est difficile d’être compatissant : le secteur s’est endormi au volant et l’a vu venir. »

Le principal conseil de M. Wallis aux entrepreneurs en herbe est donc de commencer en pensant à la fin. En réfléchissant à la manière dont leur définition personnelle du succès s’aligne sur un impact social ou environnemental positif, les fondateurs en herbe peuvent s’assurer que leurs entreprises sont prêtes pour un succès durable.

Avez-vous entendu parler du Défi Start-Up?

En faisant de GIGA l’architecte d’un changement positif dans le monde de l’immobilier, M. Wallis a certainement créé une entreprise dont l’objectif final mérite d’être soutenu par tous : une planète plus saine pour chacun.

 

Karl Moore et Haley Crawford. Karl est professeur agrégé dans la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill et Haley est étudiante en maîtrise à la Ivey Business School.

 

 

 

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet

La tendance de mises en chantier d'habitations grimpe en octobre au pays

Elle est toutefois sous les attentes des économistes.

Des espaces pensés pour une réalité nouvelle

Édition du 28 Octobre 2020 | Anne-Marie Luca

ARCHITECTURE. L'interdiction de se rendre sur son lieu de travail pendant le confinement a forcé un très grand nombre...

OPINION La Loi sur les architectes enfin modernisée
Édition du 28 Octobre 2020 | Anne-Marie Luca
De grands projets dans les plans
Édition du 28 Octobre 2020 | Anne-Marie Luca
Le patrimoine bâti, une notion à creuser
Édition du 28 Octobre 2020 | Anne-Marie Luca