La grande perdante des dernières élections fédérales : la télévision

Publié le 04/05/2011 à 09:18, mis à jour le 04/05/2011 à 13:40

La grande perdante des dernières élections fédérales : la télévision

Publié le 04/05/2011 à 09:18, mis à jour le 04/05/2011 à 13:40

[Photo : Bloomberg]

La télévision est sortie perdante de la surprenante élection fédérale du 2 mai dernier. Et il n’est pas ici question de l’habitude du gouvernement conservateur à revenir sur certaines décisions du CRTC. De la même manière, il n’est pas non plus question de l’engagement de l’opposition officielle néo-démocrate d’« établir une obligation d’obtention de permis pour les diffuseurs, qui sera basée sur le respect de normes de performance claires, contraignantes et appliquées ».

Dans les faits, la télévision sort surtout perdante de cette élection dans la mesure où la soirée électorale a contribué à démontrer que les citoyens regardent de moins en moins la télévision. En s’attardant à la guerre des réseaux opposant Radio-Canada et TVA, on en oublie un concurrent dont l’influence n’apparaît pas dans le dernier sondage BBM, mais qui n’en est pas moins important : Internet.

Comme cela été le cas à l’occasion de la dernière élection fédérale, c’est le réseau TVA qui a remporté la guerre des cotes d’écoute le 2 mai dernier, avec 769 000 téléspectateurs, contre 459 000 du côté de Radio-Canada. Malgré les résultats pour le moins étonnants de l'élection au Québec, qui auraient dû tirer les cotes d’écoute vers le haut, l’augmentation par rapport à l’élection fédérale de 2008 est infime, alors que TVA avait attiré 714 000 téléspectateurs et, Radio-Canada, 437 000.

Par ailleurs, lors des élections provinciales de 2008, TVA avait attiré 924 000 téléspectateurs, contre 499 000 du côté de Radio-Canada. Lors des élections provinciales de 2007, un beaucoup plus grand nombre de citoyens avaient passé leur soirée électorale les yeux rivés sur le petit écran, avec 1,1 million pour TVA et 900 000 pour Radio-Canada.

Les cotes d’écoute, même lors des grands rendez-vous de société, semblent ainsi être condamnées à baisser. Ce n’est pas étonnant, puisque les postes de télévision sont des appareils électroniques de moins en moins populaires. Le New York Times révélait d’ailleurs, dans son édition du 3 mai 2011, que le taux de ménages américains possédant un poste de télévision avait baissé pour la première fois en vingt ans. Bien entendu, la baisse est légère, ce taux étant passé de 98,9 % à 96,7 %, mais n’en reflète pas moins une tendance lourde. En effet, les jeunes ont pris l’habitude d’écouter le contenu vidéo qui les intéresse en ligne, que ce soit de manière légale, grâce à des sites comme YouTube, Hulu et Netflix, ou illégale.

Pour revenir à la soirée électorale du 2 mai dernier, soulignons que de nombreux citoyens qui n’étaient pas devant un téléviseur suivaient le dévoilement des résultats électoraux sur Internet. Ils ont d’ailleurs été quelque 697 000 internautes à visiter le site Internet de Radio-Canada durant la soirée. Bien que les autres médias n’aient pas révélé leurs chiffres de fréquentation sur Internet, il est fort à parier que les portails comme Canoë et Cyberpresse ont eux aussi accueilli de nombreux visiteurs ce soir-là. Et c’est sans parler de Twitter, où les microbillets se sont succédé à un rythme effarant tout au long de la soirée.

Mise à jour : Le rédacteur en chef de Canoë, Patrick White, vient de m'informer que le portail de Quebecor Media a accueilli 1,4 million de visiteurs uniques le 2 mai dernier, lesquels ont généré quelque 2,5 millions de pages vues.

 

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Julien Brault

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Divulgation ESG: le Canada très en retard sur les États-Unis

04/09/2019 | Diane Bérard

BLOGUE. La moitié des sociétés du S&P/TSX produit un rapport de type ESG, alors que 4/5 sociétés du S&P 500 le font.

Comment être à l'aise pour négocier votre salaire?

20/02/2020 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Il existe une astuce simple et efficace pour aborder, sûr de soi, un sujet aussi sensible...