HEC Montréal offre à son tour des cours en ligne gratuits

Publié le 05/11/2012 à 14:01, mis à jour le 05/11/2012 à 14:11

HEC Montréal offre à son tour des cours en ligne gratuits

Publié le 05/11/2012 à 14:01, mis à jour le 05/11/2012 à 14:11

[Photo : Les Affaires]

BLOGUE. HEC Montraél a dévoilé aujourd’hui que pas moins de 2 800 étudiants se sont inscrits à EDUlib, sa plateforme offrants des cours gratuits en ligne. Il s’agit d’une première au Québec, quoique l’Université de Toronto et l’Université de la Colombie-Britannique offrent déjà des cours sur Coursera.

HEC Montréal n’offre pour l’instant que trois cours sur EDUlib. Le premier, Introduction au marketing, débutera le 12 novembre prochain. Les deux autres, Comprendre les états financiers et Problèmes et Politiques économiques : les outils essentiels d’analyse, seront quant à eux respectivement offerts aux sessions de l’hiver et du printemps 2013.

Les cours offerts sur EDUlib, d’une durée de six semaines, ne permettent pas à ceux qui les suivent d’obtenir des crédits universitaires. En anglais, on qualifie ce type de cours de Massive Open Online Courses (MOOC). Coursera, la plus populaire des plateformes offrant ce type de cours, a attiré quelque 1,7 million d’étudiants. La plateforme edX, un projet de l’Université Harvard et du MIT, a quant à elle réussi à enrôler 370 000 étudiants dans son premier cours.

Le New York Times, qui publiait un article intitulé The year of MOOC en fin de semaine, dresse un portrait plutôt complet de cette vague qui a des échos aux États-Unis, mais aussi, partout dans le monde. Gageons qu’EDUlib, en tant que pionnière francophone, contribuera à mousser l’image de HEC Montréal à l’international.

À propos de ce blogue

DE ZÉRO À UN MILLION est le blogue de Julien Brault, qui a fondé la start-up Hardbacon en juin 2016. L’ancien journaliste de Les Affaires relate ici chaque semaine comment il transforme une idée en entreprise. Dans ce blogue, Julien Brault dévoile notamment chaque semaine ses revenus. Une démarche sans précédent qui est cohérente avec les aspirations de Hardbacon, qui vise à aider les gens à investir intelligemment en faisant voler en éclat le tabou de l’argent. Ce blogue sera ainsi alimenté jusqu’à ce que Hardbacon, qui n’avait aucun revenu lors de la publication du premier billet, génère un million de dollars en revenu annuel.

Blogues similaires

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...

Rentrée scolaire: la sécurité des milieux de travail inquiète plusieurs syndicats

Des syndicats déplorent qu’après 22 mois de pandémie, beaucoup d’incertitudes demeurent quant à la ventilation.

Apprendre à tourner la page

Édition du 20 Janvier 2021 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. J’ ai une grande nouvelle que j’ai annoncée déjà il y a quelques jours sur notre site web.