Pouliot - Fonds de solidarité: Ottawa doit retraiter et le président céder son siège

Publié le 30/10/2013 à 09:35, mis à jour le 30/10/2013 à 09:35

Pouliot - Fonds de solidarité: Ottawa doit retraiter et le président céder son siège

Publié le 30/10/2013 à 09:35, mis à jour le 30/10/2013 à 09:35

BLOGUE. Les temps sont difficiles pour le Fonds de solidarité. Éclaboussé par tout ce qui se passe à la Commission Charbonneau, il doit au même moment batailler pour tenter de conserver son crédit d'impôt fédéral de 15%. Ottawa doit faire marche arrière. Pour aider à la volte-face, le président du conseil, Michel Arsenault, devrait tenter une ultime manœuvre et annoncer qu'il se retirera de la présidence au bénéfice d'un indépendant.

C'est une intéressante étude qu'a dévoilé mardi la firme KPMG pour le compte du Fonds de solidarité.

Non, le retrait du crédit d'impôt fédéral ne créera pas de crise de liquidités. L'impossibilité de retirer son argent avant l'atteinte de la retraite fait en sorte que le Fonds est protégé. Si jamais tous ceux qui ont le droit de sortir décidaient de le faire en 2014, c'est 1,2 G$ qui quitteraient le navire. Mais le Fonds a la capacité de réaliser pour 4,3 G$ de liquidité en moins d'un mois s'il le désire.

À long terme, à cause du programme d'épargne systématique, la situation n'apparaît pas non plus périlleuse pour les actionnaires. Ce programme amène actuellement plus de 50% des capitaux du Fonds. Un certain nombre de participants cesseront d'adhérer, mais beaucoup devraient rester puisque que l'on présume que plusieurs focalisent davantage sur l'épargne que sur le rendement. Il restera de même toujours un bon nombre d'opportunistes souhaitant profiter du crédit provincial à leurs dernières années sur le marché du travail.

Pour le Québec, la situation est cependant préoccupante.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

KPMG présente un scénario qualifié de "pessimiste" sur ce que sera l'impact du retrait du crédit d'impôt dans sept ans (2020). Il postule que devant les rendements moindres qu'obtiendront les investisseurs, les souscriptions baisseront de 47% et que les sorties s'accélèreront de 75%. C'est un scénario que l'on qualifierait plutôt de "fort possible".

Son résultat: l'enveloppe d'investissements en capital de risque et en capital de développement fondra de 521 M$ à 250 M$.

Voilà un malheureux recul. Le Québec a besoin de ce capital. Il a besoin d'investisseurs plus patients sur les résultats. Et on ne voit guère dans le paysage financier qui peut relayer le Fonds. La Caisse a des objectifs de rendement plus élevés qui font que certaines entreprises n'auront pas accès au capital nécessaire à leur développement.

La taille du Fonds a souvent été critiquée en certains milieux, et ses placements jugés trop sécuritaires par rapport à leur coût.

L'argument du "trop sécuritaire" ne résiste pas aux rendements affichés par le Fonds.

Quant au coût, il ne faut pas le nier, mais il faut aussi reconnaître l'effet multiplicateur qu'il engendre dans un créneau où, on l'a dit, le capital ne se bouscule pas. En 2012, les entrées de fonds ont coûté 230 M$ à Québec et Ottawa, alors que le Fonds a injecté 908 M$ dans son portefeuille de risque et de développement. C'est 3,3 fois la mise. Cette année, avec les injections prévues de 521 M$, le multiplicateur devrait être un peu plus faible, à deux fois.

Où se trouve le problème?

Au départ, Ottawa avait surtout parlé de l'échec de la formule des fonds de travailleurs en citant des exemples dans le reste du Canada. L'Ontario a notamment aussi abandonné l'approche. Le ministre Flaherty ne semblait pas bien au fait de l'utilité de l'outil au Québec.

Pendant un temps, on a cru que la levée de boucliers avait pu le convaincre. Mais non, le gouvernement donne aujourd'hui l'impression d'être idéologiquement ancré contre le capital des syndicats.

La dernière carte

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?