Montréal: faut-il donner moins à Jean pour habiller Paul?

Publié le 27/10/2014 à 17:38

Montréal: faut-il donner moins à Jean pour habiller Paul?

Publié le 27/10/2014 à 17:38

Photo: Bloomberg

Comment bâtit-on une métropole: en respectant les sommes budgétaires historiquement allouées à ses arrondissements ou en donnant un peu moins à Jean pour plus équitablement habiller Paul?

La question nous a trotté dans la tête, vendredi, au sortir d'une rencontre avec le président du comité exécutif, Pierre Desrochers.

Le budget de Montréal s'en vient, et, à n'en pas douter, la question de la refonte du financement des arrondissements y sera grandement discutée. Des déchirements sont à prévoir, avec le Plateau et le Sud-Ouest qui annoncent déjà une augmentation de leur taxe locale. Et Outremont qui puise dans ses surplus cette année, mais qui devra faire face à la réalité dans les prochaines années.

Au tournant des années 2000, alors jeune reporter municipal au Soleil de Québec, nous suivions de près tout le débat des fusions municipales. Le maire de Québec, Jean-Paul L'Allier, bataillait ferme pour la création d'une ville unique. Au cœur de la discussion était notamment l'inéquitable financement de la ville centre, dont les citoyens devaient assumer seuls toutes sortes de coûts qui bénéficiaient à la grande agglomération. Il en était ainsi par exemple des coûts de sécurité lors des grands événements, comme le Carnaval de Québec.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

On ne sait trop comment tout cela a évolué à Québec, mais la surprise a été grande, à l'été, lorsque Montréal a annoncé sa réforme du financement des arrondissements: tout ce qui écope est justement au centre.

Au cours des 10 prochaines années, Outremont verra son budget réduit de 19,3%, Ville-Marie de 13,7%, le Plateau Mont-Royal de 12,7%, et le Sud-Ouest de 10,8%.

En revanche, des arrondissements verront leurs transferts considérablement augmenter. C'est le cas de Lasalle (+21,7%), Pierrefonds-Roxboro (+11,1%) et Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles (+10,2%).

Que se passe-t-il?

L'histoire ne commence pas avec l'arrivée de l'administration Coderre. Déjà, avant les dernières élections, l'appareil administratif avait commencé à plancher sur l'établissement de paramètres de manière à financer les services en fonction des meilleures pratiques. Tout en tenant compte, bien entendu, des obstacles et des réalités terrain qui font que même avec les meilleures pratiques, le coût d'un service peut être plus élevé à certains endroits.

Quelques exemples de la nouvelle façon d'allouer le budget aux arrondissements.

Pour le déneigement, on tient désormais compte des kilomètres de chaussées et de trottoirs, tout en pondérant en fonction des pentes, de la circulation et de l'étroitesse des rues. Chacun reçoit une allocation du kilomètre, mais qui est bonifiée dépendamment des difficultés terrain.

Idem pour les bibliothèques où on a tient compte du nombre de transactions, des superficies et d'un indice de défavorisation.

Pour les parcs, le calcule se fait en fonction des superficies de gazon à tondre, de l'émondage nécessaire, de la surface des terrains de jeu.

Juste l'exercice?

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?